::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 6 juillet 2007 Numéro 319
Aujourd'hui en veille

Bonjour !

À compter d'aujourd'hui l'Inclusif se donne un rythme estival. Nous ne le publierons qu'au besoin pendant les  mois de juillet et aoüt. La publication régulière reprendra à la fin du mois d'août.

l'équipe de l'Inclusif !

 

État des préparatifs des Jeux olympiques spéciaux du Canada Hiver 2008 à Québec
Réflexion de l'AISQ sur l'intégration scolaire
Nouvelle règlementation favorissant l'introduction de taxis accessible à Ottawa
Une personne ayant une déficience visuelle demande l'annonce des arrêts d'autobus à Toronto
Ouverture des universités chinoises aux étudiants ayant des incapacités
Manque de services pour les enfants ayant des incapacités en Montérégie
Le Mouvement Personne d’Abord de Saint-Eustache à la maison Chénier-Sauvé


État des préparatifs des Jeux olympiques spéciaux du Canada Hiver 2008 à Québec
»» retour en haut

Paru le vendredi 6 juillet 2007 sur Cyberpresse.ca/Le Soleil
Le jeudi 05 juil 2007
Le Jeux spéciaux sur la bonne voie
Patricia Sauzède-Bilodeau
Québec
 
Tout semble se mettre en place pour les septièmes Jeux nationaux d’hiver d’Olympiques spéciaux 2008, qui se dérouleront du 26 février au 1er mars dans la région. Avec un nouveau capitaine à Québec, l’organisation veut s’assurer que les centaines d’athlètes canadiens pourront patiner et skier en toute quiétude et prouver de quoi ils sont capables.
 
« L’organisation a une si belle cause, qui peut dire non à l’offre d’organiser les Olympiques spéciaux ? » dit le directeur général de la Corporation des Jeux nationaux d’hiver 2008, Andrew Webb, à sa première journée en fonction. « C’était un fit naturel... Tout le monde a quelqu’un dans sa famille ou dans son entourage qui a une déficience intellectuelle. Dans le fond, on veut aider pour que ces athlètes aient du plaisir ici. »
 
Militaire à la retraite et « grand sportif », Webb s’occupe d’Action Emploi, un organisme qui met en relation des stagiaires de l’Université Laval et les événements d’envergure. « Pour ces Jeux, Action recrutera 100 étudiants, 20 stagiaires et probablement 400 bénévoles de l’université. Ça représente beaucoup de jeunes. »
 
Pour l’organisation de l’événement, tout semble aller comme sur des roulettes, selon le directeur général d’Olympiques spéciaux Québec, Pierre Bélanger. « On est prêts. Le site pour les compétitions est réglé, l’hébergement aussi. »
 
Les quelque 900 athlètes prendront part à la rencontre nationale dans sept disciplines : curling, hockey intérieur, patinage artistique, patinage de vitesse, raquette, ski alpin et ski de fond.
 
« En 37 ans d’existence du mouvement des Olympiques spéciaux au Canada, l’événement n’est jamais venu au Québec », tient à souligner M. Bélanger. Plus ou moins connus du public québécois, les Jeux spéciaux s’organisent d’une tout autre façon que les autres rencontres sportives. Contrairement aux Jeux paralympiques où les athlètes ont un handicap physique, les compétiteurs ont tous une déficience intellectuelle.
 
S’adapter aux athlètes
 
Pour les organisateurs, il faut donc savoir s’adapter au public. « C’est certain qu’il faut plus d’encadrement parce que les athlètes n’ont pas une déficience physique, mais intellectuelle, précise Bélanger. Ça prend en moyenne un accompagnateur pour trois athlètes, entre autres, parce que certains d’entre eux ont aussi besoin de médicaments. »
 
À cause des délégations imposantes, Québec devrait servir d’hôte pour plus d’un millier de personnes provenant des quatre coins du pays. « On va lancer une campagne pour recruter 2000 bénévoles prochainement et pour amasser le reste de l’argent dont nous aurons besoin. D’ailleurs, sur environ 1,7 million $ nécessaires, on a déjà accumulé 1,2 million $. »

»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif