::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 12 octobre 2007 Numéro 339
Aujourd'hui en veille
Affaire Claudio Castagnetta
Problèmes de santé mentale et violence
Investissement du Gouvernement du Canada pour améliorer les services de Via rail
Retour au Canada des athlètes des Jeux Olympiques spéciaux
Utilisation d'internet chez les personnes ayant des incapacités aux États-Unis
Décision de la Cour suprême des États-Unis concernant les services aux élèves ayant des incapacités dans les écoles privés
Vivre avec des incapacités dans la Bande de Gaza
Pour bien fonctionner le Ritalin ne suffit pas
La directrice générale de la Société d’autisme des Laurentides conférencière invitée du Club Kiwanis
Nathalie ne veut pas aller vivre en institution
L’école Victor-Doré possède maintenant son parc-école
Une nouvelle ressource de répit-dépannage pour les personnes ayant une déficience intellectuelle


Affaire Claudio Castagnetta
»» retour en haut

Paru le vendredi 12 octobre 2007 sur SRC.CA/Québec

Affaire privée ou affaire publique ?
Mise à jour le vendredi 12 octobre 2007, 11 h 05 .

La mort récente de Claudio Castagnetta est revenue sur le tapis, jeudi, lors du colloque de l'Association des personnes utilisatrices des services de santé mentale de la région de Québec (APUR). L'organisme de défense des personnes atteintes de déficience mentale réclame une enquête publique sur la mort nébuleuse du jeune italo-québécois, décédé après sa comparution au palais de justice le 20 septembre dernier.

Une requête en ce sens sera déposée sous peu, auprès des ministères de la Sécurité publique, de la Santé et des Services sociaux ainsi qu'au Bureau du coroner.

L'homme de 32 ans souffrait de troubles bipolaires. C'est donc dans un discours chargé d'émotions que Richard Langlois, atteint des mêmes troubles mentaux, a souligné, jeudi midi, le décès de M. Castagnetta.

« Ça m'a donné des frissons. Ça m'en donne encore. C'est douloureux. C'est triste. On doit compatir avec la famille, mais il faut tirer des leçons, construire », a-t-il affirmé.

L'APUR montre du doigt la police de Québec. En effet, le directeur de l'organisme, Luc Vigneault, impute la responsabilité de ce décès aux policiers.

« Le policier aurait dû être capable de le maîtriser. Il a sorti son teaser gun. Il aurait dû l'amener à l'hôpital à cause de son coeur et d'une évaluation psychiatrique, ce qui n'a pas été fait », a-t-il déploré.

L'usage du pistolet électrique avec une personne souffrant de troubles mentaux est, a ajouté Richard Langlois, un geste critiquable.

« C'est très, très discutable. On ne peut pas l'utiliser, rapidement, à toutes les sauces, il faut faire attention », s'est-il récrié.

Or, selon la coroner chargée du dossier, Andrée Kronstrom, pour l'instant, l'éventualité d'une enquête publique est à exclure. À cet effet, Mme Kronstrom cite en exemple une enquête sur le suicide d'un jeune schizophrène survenu à la prison de Rivière-des-Prairies à Montréal, qu'elle avait elle-même menée en 2000. Une de ses principales recommandations, rappelle-t-elle, était justement que les actes ou les comportements jugés dérangeants des individus souffrants de maladie mentale ne soient pas judiciarisés.

L'APUR souhaite néanmoins que le décès de Claudio Castagnetta incite le service de police de Québec à modifier son approche avec des personnes souffrant de troubles mentaux.

Rappel des évènements

M. Castagnetta, un diplômé en marketing de l'Université Laval, a été arrêté le 18 septembre dernier à la sortie d'un dépanneur du quartier Saint-Roch, à Québec. Il était pieds nus et semblait confus. Pour lui passer les menottes, il a fallu six policiers, qui ont eu recours à un pistolet électrique.

Lors de sa nuit en détention, M. Castagnetta se serait frappé la tête sur les murs. Son état était tel que sa comparution en personne a été impossible le lendemain. Moins d'une heure après son arrivée au centre de détention, il a été transporté à l'hôpital l'Enfant-Jésus, où sa mort a été constatée.


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif