::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 25 janvier 2008 Numéro 374
Aujourd'hui en veille
Dossier sur les services en santé mentale dans La Presse
Qu’est ce que le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)
Des personnes trisomiques graviront le Machu Picchu
Amélioration du service de transport adapté à Laval
L'Assemblée nationale rend hommage à monsieur Yvon Lamarre
Le centre de réadaptation l’Interval pourra demeure dans les locaux de l’hôpital Ste-Croix
Un adolescent atteint de paralysie cérébrale veut fréquenter la polyvalente


Dossier sur les services en santé mentale dans La Presse
»» retour en haut

Paru le vendredi 25 janvier 2008 sur Cyberpresse.ca/La Presse

La Presse vendredi, 25 janvier 2008, p. A4
PSYCHIATRIE MÉDICO-LÉGALE- "Le système est en train de sauter"
Gagnon, Katia; Meunier, Hugo

La politique de désinstitutionnalisation qui se poursuit depuis 30 ans au Québec est un échec, dénonce le directeur général de l'Institut Philippe-Pinel, Jocelyn Aubut. "Le système est en train de sauter. Il faut qu'on provoque quelque chose", lance-t-il, dans un entretien exclusif avec La Presse.

Jocelyn Aubut a été nommé il y a huit mois à la tête de l'Institut Pinel, le principal hôpital médico-légal au Québec. Il a fait le tour de son jardin et son jugement est sans appel: en voulant sortir les malades des hôpitaux, on a mené plusieurs d'entre eux dans des portes tournantes, qui mènent de la rue à la prison.

"La désinstitutionnalisation, c'est une belle philosophie. Mais les principes sans les moyens, ça fait que les gens se retrouvent en prison", résume-t-il en entrevue dans le cadre d'une série d'articles sur le sujet qui seront publiés tous les jours jusqu'à lundi.

Pourquoi le système est-il en train de sauter? La durée de séjour à Pinel a triplé depuis cinq ans, passant de 180 jours à 560 jours.
Pourquoi? D'abord, de plus en plus de malades y sont envoyés pour évaluation par les tribunaux. "On pourrait bâtir trois Pinel et on n'aurait pas assez de place."

La congestion est telle que plusieurs malades moisissent en prison alors qu'ils devraient être à l'hôpital. Avant les Fêtes, un détenu en attente d'une place à Pinel s'est suicidé.

Ensuite, les patients sortent au compte-gouttes des murs de l'institut. "Présentement, j'ai 40 patients prêts à sortir, mais je n'ai pas de place pour eux dans la communauté", explique le docteur Aubut. En effet, les ressources sérieuses et bien organisées pour les malades mentaux aux prises avec la justice sont très rares.

"Quelqu'un qui a Pinel dans son dossier, essayez de le mettre dans un foyer de groupe. Pas évident", observe Mimi Israël, chef du département de psychiatrie de l'hôpital Douglas. "Ce sont des patients "spa". Spa à moi, spa à toi. Personne ne les veut."

Les familles qui vivent avec un proche atteint sont elles aussi dans une situation très difficile. "On doit souvent attendre que des gestes de violence soient faits avant d'intervenir. On n'a pas idée à quel point les familles sont tolérantes jusqu'à la démesure", dit Hélène Fradet, directrice générale de la Fédération des familles et amis des personnes atteintes de maladie mentale.

Le scénario le plus fréquent est donc le suivant: "Le malade se retrouve sans ressource. Il va se désorganiser parce qu'il n'a plus de traitement. Il va se retrouver à l'urgence, qui va le stabiliser.
Dès qu'il ne correspond plus aux critères de dangerosité, il s'en va", dit Jocelyn Aubut. Et le cycle continue, menant de nouveau le malade à commettre un acte criminel. Il se retrouve en prison, puis... à Pinel. S'il est chanceux.

Car il a bien plus de risques de croupir en prison, où il n'obtiendra pas les traitements requis, s'insurge le docteur Aubut. "Les médecins (qui font des visites à la prison de Bordeaux) font ce qu'ils peuvent. Mais on commence à avoir notre voyage de voir des malades en prison. On fait quoi? On se ferme les yeux?" dit-il.

30 millions pas investis

À Québec, en mai dernier, une situation semblable a mené à un arrêt de service total à la prison d'Orsainville. Les psychiatres ont carrément donné leur démission.

"Pour être entendus, on a démissionné pendant trois mois. On a exigé des conditions de base pour travailler. Mais ça reste très difficile.
La prison est un environnement hostile où il y a moins de soins qu'ailleurs", explique le psychiatre Sébastien Proulx, responsable de la division de psychiatrie légale à l'hôpital Robert-Giffard. Peu d'infirmières, personnel instable, lieux inadéquats: la liste des doléances est longue.

Le docteur Proulx en arrive aux mêmes conclusions que son confrère.
"La prison est devenue la porte d'entrée de la psychiatrie. Un délit, c'est une façon d'obtenir une consultation", résume-t-il, lapidaire.
Résultat: "des gens vulnérables se retrouvent dans un environnement malsain".

"Quand les malades sont en crise, ils ont besoin d'un endroit sécuritaire. Or parfois on prescrit l'isolement, mais le lendemain ils sortent le patient, parce qu'il y a un Hells Angel qui arrive", dit Jocelyn Aubut.

En 2004, les Services correctionnels du Canada avaient présenté un plan pour améliorer les services offerts aux détenus atteints de maladies mentales, dont le nombre a augmenté de 61% en sept ans. Un délinquant sur cinq est atteint de trouble mental grave. Quatre ans plus tard, la stratégie est restée en plan puisque les 30 millions nécessaires n'ont jamais été investis.

Les fous crient au secours

Que faire? Les trois psychiatres en appellent à une réforme du système de psychiatrie médico-légal. Augmenter le nombre de places en psychiatrie légale, mais surtout coordonner le réseau pour s'assurer d'un suivi personnalisé pour la clientèle. "À la sortie de prison, le détenu doit lui-même faire la tournée téléphonique pour se trouver une place en psychiatrie, souligne Jocelyn Aubut. Il faudrait un guichet unique."

En décembre dernier, lors d'un colloque, le docteur Aubut a terminé son allocution en reprenant les mots de Jean-Charles Pagé, cet homme interné à Saint-Jean-de-Dieu en 1960, dont le livre, Les fous crient au secours, avait ébranlé le réseau des asiles. Quarante ans plus tard, "les fous crient de nouveau au secours", conclut le docteur Aubut.

Paru vendredi le 25 janvier 2008 sur Cyberpresse.ca/La Presse

La Presse vendredi, 25 janvier 2008, p. A4
La vie après les asiles- Urgences psychiatriques: une réforme S.V.P... et vite
Gagnon, Katia; Meunier, Hugo

Les urgences des hôpitaux sont souvent la porte d'entrée pour obtenir des services psychiatriques. Or, dans l'état actuel des choses, cette porte d'entrée fonctionne mal et devrait être repensée, estime le chef des urgences de Louis-H.- Lafontaine, Marc Sasseville, qui travaille dans ce grand hôpital psychiatrique depuis près de 30 ans.

À Montréal, 11 hôpitaux offrent des services de psychiatrie. Or, les psychiatres de ces hôpitaux généralistes manquent souvent des moyens les plus élémentaires pour faire leur travail, observe le docteur Sasseville.

Ils n'ont pas de locaux pour recevoir en privé les patients et les familles. Pas d'endroits où garder les patients quelques jours pour une évaluation. "C'est plus facile d'ouvrir un ventre dans le corridor que de demander à quelqu'un de raconter sa vie intime dans le corridor. Il faut aménager des lieux dédiés à l'urgence psychiatrique", dit Marc Sasseville.

Mais, dans la plupart des urgences, ces lieux n'existent pas. Des patients en état de psychose sont casés à côté des cardiaques et des personnes âgées. Ces malades mentaux sont souvent vus par des infirmières spécialistes en santé physique, mais qui n'ont pas d'expertise en psychiatrie. L'équipe traitante est parfois instable et les travailleurs sociaux, inexistants.

Ou alors, dans les grands hôpitaux universitaires, les patients atteints de troubles mentaux doivent déballer leur histoire devant plusieurs personnes avant, finalement, d'aboutir devant un psychiatre. Au contraire, dans des urgences spécialisées comme celle de Louis-H., les patients voient le psychiatre tout de suite après le triage.

"Malheureusement, la plupart des hôpitaux fonctionnent en fonction de ce qui saigne. Nous aussi, ils meurent, nos patients. Ils se suicident!"

Le scénario idéal, selon le docteur Sasseville, serait de ne conserver que trois ou quatre grandes urgences psychiatriques à Montréal, ouvertes 24 heures sur 24. "Si on se regroupait, on pourrait mettre ensemble des gens qui ont développé une expertise."
C'est un peu le contraire du modèle actuel? "Oui", reconnaît-il.

Mimi Israël, chef de la psychiatrie à l'hôpital Douglas, n'est qu'en partie d'accord avec la solution de Marc Sasseville. Oui, le nombre d'urgences psychiatriques mériterait d'être réduit, estime-t-elle.
"Les hôpitaux de quartier reçoivent tout le monde et ne savent pas où mettre la clientèle psychiatrique", dit-elle. Cependant, les malades ont souvent aussi besoin de soins physiques, moins rapidement disponibles dans un hôpital spécialisé en psychiatrie.

Ce n'est pas la première fois que Marc Sasseville se fait le porteur d'un tel projet de réforme. Il y a 10 ans, il avait coécrit, avec tous les chefs des urgences psychiatriques de la métropole, un rapport soumis au ministre Marc-Yvan Côté, où il mettait de l'avant ces solutions.

Qu'est-ce qui a changé depuis? "Il y a 10 ans, plus de centres hospitaliers avaient des équipes stables en psychiatrie. Dans les milieux généraux, c'est très difficile de créer des équipes stables."

Et la psychiatrie est souvent la première discipline médicale victime des diverses urgences.


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif