::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 22 avril 2008 Numéro 404
Aujourd'hui en veille
Une maîtrise pour l'enseignement aux EHDAA
Une école ignore les besoins d'une fillette ayant des incapacités
Série d'articles sur les prothèses auditives numirique dans La Presse
Poste Canada émet un timbre en braille
Des accuponcteurs ayant une déficience visuelle
Marche Petit pas pour une grande cause à Québec
Moins d'affluence à l'urgence psychiatrique du CHUL
Les adaptations du gouverneur de l'état de New York


Une maîtrise pour l'enseignement aux EHDAA
»» retour en haut

Paru le lundi 21 avril 2008 sur Le Devoir

Québec pour une maîtrise en adaptation scolaire Clairandrée Cauchy
Édition du lundi 21 avril 2008
Mots clés : maîtrise en adaptation scolaire, baccalauréat, Michelle Courchesne, Gouvernement, Éducation, Québec (province)


La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, souhaite que les enseignants qui interviennent auprès des élèves en difficulté détiennent une maîtrise plutôt qu'un baccalauréat.

C'est ce qu'elle a indiqué cette semaine, en marge de la commission parlementaire sur l'étude des crédits de son ministère. «Il y a à réfléchir sur la spécialisation en adaptation scolaire. Il va falloir y avoir quelque chose», a indiqué Michelle Courchesne en évoquant le projet de mettre sur pied des maîtrises en adaptation scolaire.

Cela permettrait par exemple de former des spécialistes pour différentes catégories de difficultés d'apprentissage, tels la dyslexie, les troubles envahissants du développement ou différents troubles de comportement. «Il va falloir aller dans cette voie», a poursuivi la ministre, qui travaille à un plan d'action pour les élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage ou d'adaptation devant être rendu public ce printemps.

L'idée est plutôt bien accueillie dans les facultés d'éducation. Une formation du niveau de la maîtrise est d'ailleurs offerte à l'Université Laval, à des étudiants qui détiennent déjà leur brevet d'enseignement.

«Nous considérons [l'idée d'implanter une maîtrise en adaptation scolaire] très sérieusement», note le doyen de la faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal (UdeM), Michel Laurier. Pour l'heure, l'UdeM offre un baccalauréat de quatre ans en adaptation scolaire, avec un profil primaire et un autre secondaire. À l'instar d'autres universités, l'UdeM peine cependant à recruter des étudiants pour le volet secondaire.

L'objectif de formation est aussi ambigu: certains diplômés sont appelés à devenir titulaires de classe, tandis que d'autres viendront en soutien à d'autres enseignants pour aider les élèves en difficulté. Cette double finalité complique la tâche des universités, fait observer M. Laurier.

Ce constat est partagé par le doyen de la faculté des sciences de l'éducation de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Marc Turgeon. «Ce n'est pas facile de former avec le même programme de baccalauréat quelqu'un qui peut être titulaire de classe [au primaire], et spécialiste des élèves en difficulté. C'est comme former un actuaire et un enseignant en mathématiques en même temps. On voudrait que le message soit plus clair: est-ce qu'on forme des généralistes ou des spécialistes?», demande M. Turgeon.

L'UQAM partage les visées de la ministre sur une maîtrise en adaptation scolaire. Un projet en ce sens a déjà été déposé au ministère, et l'université du centre-ville espère pouvoir admettre des étudiants dans ce nouveau programme dès septembre. La maîtrise s'adresserait à des étudiants qui détiennent déjà un brevet d'enseignement.


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif