::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Jeudi 19 juin 2008 Numéro 429
Aujourd'hui en veille
Rapport du coroner concernant la mort d'un enfant autiste
Réactions au rapport du coroner suite à la mort d'un enfant autiste
Une coalition demande le dépistage universel de la surdité chez le nouveau-né
Un athlète paralympique réclame un meilleur soutien financier
Nouveau directeur général au CH Rober-Giffard
Poste Canada émet un timbre sur la santé mentale
Devenir mère et avoir des incapacités


Rapport du coroner concernant la mort d'un enfant autiste
»» retour en haut

Paru le jeudi 19 juin 2008 sur CNW - Telbec

DECES D'UN JEUNE GARCON DE 9 ANS - MISE EN GARDE CONTRE L'UTILISATION DES COUVERTURES PROPRIOCEPTIVES

QUÉBEC, le 19 juin /CNW Telbec/ - Le Bureau du coroner présente les conclusions du rapport de la coroner Me Catherine Rudel-Tessier à la suite de l'investigation tenue pour éclaircir les causes et les circonstances du décès d'un jeune autiste de 9 ans, survenu le 18 avril 2008 à Montréal. Le jeune garçon est décédé d'une encéphalopathie anoxique secondaire à une asphyxie de type suffocation.

Les faits à l'origine du décès

Gabriel, qui est en bonne santé physique, souffre d'un trouble grave de la compréhension verbale et non verbale. Il fréquente depuis quelques années l'école Marie-Rivier, une école spécialisée de la Commission scolaire des Hautes-Rivières à St-Jean-sur-Richelieu.

Le 17 avril 2008, Gabriel est dans sa classe et commence à vocaliser. Un des deux éducateurs présents lui demande de se calmer. Après deux avertissements, comme il ne se calme pas, l'enfant est dirigé dans le coin de la classe pour qu'on le roule dans une couverture proprioceptive. L'autre éducateur le fait s'étendre sur le ventre, les bras le long du corps et il le roule dans cette couverture «quatre tours minimum», pour une période de 20 minutes. Sa tête est à l'intérieur et seul le bout de ses orteils dépasse. Une minuterie est mise en marche.

Au son de l'alarme, vers 14 h 10, le même éducateur se rend près de Gabriel qu'il croit endormi. Il lui parle et le déroule. L'enfant ne réagit pas, il lui frotte le dos puis le retourne. L'éducateur s'aperçoit à ce moment que Gabriel a le visage bleuté et est amorphe. Immédiatement, le 9-1-1 est appelé. Des manoeuvres de réanimation sont débutées. L'enfant est conduit à l'Hôpital du Haut-Richelieu. Il est dans un coma profond. Par la suite, il est transféré au Centre hospitalier universitaire de Sainte-Justine à Montréal. Gabriel décède entouré de sa famille à 19 h le 18 avril.

A quoi servent les couvertures proprioceptives

Les couvertures proprioceptives utilisées à l'école Marie-Rivier sont formées de 12 cellules de 3 livres chacune, remplies de sarrasin (celle qui a servi pour Gabriel pesait 39 livres). L'emploi de ce type de couverture est lié à une approche d'intégration sensorielle. Il s'agit d'un outil de prévention des troubles de comportement.

La coroner Rudel-Tessier a constaté que, malgré son utilisation très fréquente, il n'existe pas de règles pour son usage. Elles peuvent être achetées ou même fabriquées à la maison sans être prescrites par un professionnel de la santé.

L'utilisation des couvertures proprioceptives

A l'école du petit Gabriel, les éducateurs sont formés par l'ergothérapeute de l'établissement. On leur apprend, entre autres, à surveiller certaines réactions qui pourraient survenir : pâleur, rougeur, chair de poule ou frissons, pupilles dilatées, changement du rythme cardiaque, respiration superficielle, changement du rythme respiratoire, haut-le-coeur, vomissements, tremblements, moiteur. Si l'un de ces signes se manifeste, l'éducateur doit arrêter immédiatement l'activité en cours et contacter l'ergothérapeute. De plus, l'enfant peut être roulé dans la couverture (mais un tour seulement). L'éducateur doit s'assurer que l'enfant puisse sortir en tout temps, car il est important de ne jamais le forcer à y rester.
Finalement, la couverture doit être une mesure de prévention et non une punition. Manifestement, ces règles n'ont pas été respectées le 17 avril lors de l'intervention auprès du jeune Gabriel.

Selon la coroner, les bienfaits thérapeutiques de ces couvertures proprioceptives semblent ne pas être bien établis scientifiquement. Pour s'assurer que leur usage ne met pas en danger la vie d'un enfant, la coroner croit qu'il faut gérer leur utilisation de façon très serrée. Me Rudel-Tessier explique que «certaines règles de base doivent être respectées par ceux qui veulent utiliser cette approche d'intégration sensorielle, notamment :

- Il faut obtenir d'un professionnel de la santé l'assurance que l'utilisation de la couverture n'est pas contre-indiquée pour l'enfant;
- Il faut que le poids de la couverture utilisée soit en rapport avec la constitution physique de l'enfant;
- Il ne faut jamais que la tête de l'enfant soit ou puisse être recouverte par la couverture ;
- Il faut s'assurer que ses signes vitaux puissent toujours être observés;
- Il ne faut jamais que l'enfant soit roulé dans une couverture (à moins qu'un thérapeute soit à ses côtés constamment);
- Il ne faut jamais laisser un enfant sans surveillance;
- Il faut que l'enfant puisse sortir de la couverture facilement, s'il le désire (ce n'est pas une contention).»

ANNEXE

RECOMMANDATION

Afin de protéger la vie humaine et d'éviter des décès semblables, la coroner, Me Catherine Rudel-Tessier, recommande :

Que l'Ordre des ergothérapeutes du Québec :
-------------------------------------------

- examine avec attention l'utilisation qui est faite par ses membres de ces couvertures proprioceptives et qu'il donne des directives claires quant à leur emploi (notamment en ce qui a trait au poids de la couverture) en s'assurant que cela se fasse dans un cadre toujours
supervisé et ne puisse jamais être assimilé à une mise sous contention.

Que l'école Marie-Rivier ainsi que la Commission scolaire des Hautes-Rivières :
---------------------------------------------------------------------

- recommandent de ne plus employer la couverture proprioceptive, sauf sur recommandation expresse d'un professionnel de la santé, selon ses directives et sous surveillance constante.

Que la Fédération des commissions scolaires du Québec ainsi que l'Association provinciale des professeurs en techniques d'éducation spécialisée :
-------------------------------------------------------------------

- vérifient l'usage de ces couvertures proprioceptives par leur personnel et par leurs membres, de mettre ceux-ci en garde contre les dangers qui y sont associés et d'exiger d'eux le respect d'un protocole sécuritaire.

Que les entreprises Solution sensée et Entreprise FDMT :
--------------------------------------------------------

- mettent en garde les acheteurs éventuels contre les dangers associés à l'utilisation des couvertures proprioceptives.

Que la Société canadienne de l'autisme, la Fédération québécoise de
l'autisme et Autisme Québec :
-------------------------------------------------------------------

- mettent en garde leurs membres sur les dangers pouvant être liés à l'utilisation des couvertures proprioceptives.

-30-


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif