::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Jeudi 25 septembre 2008 Numéro 436
Aujourd'hui en veille
Données de l'EPLA sur l'incidence des limitations fonctionnelles sur la famille
Le CCD réagit sur les annonces du PCC concernant le soutien aux familles
Le CCD demande le rétablissement du Programme de contestation judiciaire
Inauguration d'une ressource résidentielle à Laval
L'Université Laval augmente le nombre de places à la maitrise en orthophonie
Dépistage de la surdité à l'Hôpital d'Alma
Retour au bercail d'une médaillée des Jeux paralympiques
Éditorial du Washington Post suite à la signature de l'ADA Amendments Act


Données de l'EPLA sur l'incidence des limitations fonctionnelles sur la famille
»» retour en haut

Paru le jeudi 25 septembre 2008 sur Statcan.ca

Le jeudi 25 septembre 2008
Enquête sur la participation et les limitations d'activités : incidence sur la famille
2006
Les parents de 3 enfants sur 5 ayant une forme quelconque de limitation d'activités en 2006 ont indiqué que l'état de leur enfant se répercutait sur leur emploi. Plus du tiers des parents ont déclaré avoir réduit leur horaire de travail, tandis qu'un tiers supplémentaire d'entre eux ont indiqué avoir modifié leurs heures de travail.

Les limitations d'activités des enfants ont influé sur l'emploi des parents à divers égards. Les plus fortes répercussions déclarées ont été liées aux heures travaillées.

Quelque 38,4 % des parents ont déclaré avoir réduit leur horaire de travail, tandis qu'une tranche supplémentaire de 36,5 % des parents ont indiqué avoir modifié leurs heures de travail en fonction des limitations d'activités de leur enfant.

Les femmes étaient plus susceptibles d'adapter leur situation professionnelle que les hommes. Interrogés sur la personne dont l'emploi était le plus touché, les parents ont indiqué qu'il s'agissait de la mère dans 64 % des cas, des deux parents dans 25 % des cas, du père dans 8 % des cas et d'autres membres de la famille dans 3 % des cas.

En 2006, environ 200 000 familles canadiennes composaient avec les défis associés au soin d'un enfant ayant une incapacité. Ces défis sont de nature variée et peuvent toucher de nombreux aspects de la vie.

Les parents d'enfants ayant des limitations d'activités sévères ou très sévères étaient plus susceptibles que ceux d'enfants ayant des limitations d'activités légères ou modérées d'indiquer que l'état de leur enfant influait sur leur emploi, leurs finances, leurs loisirs et leur temps personnel. Cette situation prévalait aussi en ce qui concerne leur capacité d'obtenir de l'aide et des services de garde.


Note aux lecteurs
Le présent rapport est le sixième d'une série de communiqués analysant les données de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA). Il porte plus particulièrement sur l'incidence de la présence d'un enfant ayant des limitations d'activités sur la famille.

Des questions ont été posées à un des parents (ou au tuteur) d'enfants âgés jusqu'à 14 ans qui avaient des limitations d'activités. On ne peut déduire du présent rapport que les conclusions sont représentatives de tous les parents d'enfants ayant une incapacité. De plus, ce rapport est fondé sur des données recueillies au sujet de l'enfant. Ainsi, toutes les estimations représentent en fait le nombre (ou le pourcentage) d'enfants ayant des limitations d'activités pour lequel le parent répondant (ou le tuteur) a donné une certaine réponse dans le cadre de l'enquête.

Dans ce rapport, les expressions «limitation d'activités» et «incapacité» sont utilisées pour désigner le même concept. Une personne ayant des limitations d'activités est définie comme une personne dont les activités quotidiennes sont limitées en raison d'un état ou d'un problème de santé.

L'échelle de sévérité de l'EPLA est basée sur la définition des incapacités utilisée par l'Organisation mondiale de la Santé. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la publication L'Enquête sur la participation et les limitations d'activités 2006 : rapport technique et méthodologique (89-628-XWF2007001, gratuite).

L'EPLA a été financée par Ressources humaines et Développement social Canada et réalisée par Statistique Canada. Cette enquête fournit de l'information essentielle sur la prévalence de différentes incapacités, les types de soutien offerts aux personnes ayant des limitations d'activités ainsi que le profil d'emploi, le revenu et la participation à des activités sociales de ces personnes.
 


Malgré le fait qu'ils avaient un enfant ayant une incapacité, près des deux tiers des parents ont qualifié leur santé de bonne à excellente. En outre, 4 parents d'enfants ayant des limitations d'activités sur 5 ont déclaré être satisfaits de leur qualité de vie.


Aide offerte aux parents
Près de 1 parent sur 4 (24,6 %) avait reçu de l'aide pour mieux concilier ses obligations quotidiennes et celles liées aux limitations d'activités de son enfant. Parmi les familles qui avaient reçu de l'aide, bien plus de la moitié (56,5 %) avaient bénéficié de l'appui de membres de la famille vivant à l'extérieur du foyer.

Les autres sources d'appui mentionnées, dans une moindre mesure, étaient des organismes gouvernementaux, des amis ou des voisins, ainsi que des membres de la famille vivant sous le même toit. Aucune différence significative n'a été observée entre les parents seuls et ceux vivant en couple par rapport à l'aide reçue.

Le plus souvent, les parents ont demandé de l'aide pour disposer de plus de temps personnel, s'acquitter d'autres responsabilités familiales et effectuer des travaux ménagers. Les parents d'enfants dont les limitations d'activités étaient sévères étaient plus susceptibles d'exprimer leur besoin d'aide.

Le coût a été le principal obstacle mentionné par les parents qui n'avaient pas obtenu d'aide supplémentaire. Près des trois quarts de ces parents (73,5 %) ont déclaré que l'aide supplémentaire était trop chère.

Recours aux services de garde
Près de 3 parents sur 10 (28,9 %) qui avaient un enfant ayant des limitations d'activités avaient eu recours à des services de garde, sous une forme ou une autre.

L'utilisation de services de garde était influencée par la sévérité de l'état de l'enfant. Les parents d'enfants dont les limitations d'activités étaient sévères étaient plus susceptibles de recourir à des services de garde. Un peu plus du tiers d'entre eux (34,3 %) avaient eu recours à des services de garde, comparativement à 25,2 % des parents d'enfants dont les limitations d'activités étaient légères ou modérées.

Plus de 1 parent sur 5 (21,5 %) qui avait eu recours à de tels services a déclaré s'être vu refuser l'accès à un programme ou à des services de garde pour son enfant.

Dans le quart de ces cas (25,4 %), les refus provenaient de garderies.

Santé et stress
Bien que la majorité des parents se soient dits satisfaits de leur santé et de leur vie en général, ils subissaient un certain stress en raison de l'état de leur enfant.

Un peu plus du quart des parents (26,5 %) ont confié que l'état de santé de leur enfant représentait leur principale source de stress. Cette proportion s'élevait à 38,3 % chez les parents d'enfants dont les limitations d'activités étaient sévères ou très sévères.

Les parents éprouvaient du stress dans leurs efforts pour concilier leurs responsabilités liées aux soins de leur enfant et d'autres obligations, notamment sur le plan professionnel.

Environ 3 parents sur 5 (61,4 %) avaient parfois ressenti du stress ou ressentaient toujours du stress par rapport à ces responsabilités. Cette tendance était plus marquée lorsqu'on tenait compte de la sévérité des limitations d'activités.

Par exemple, 46,2 % des parents d'enfants ayant des limitations d'activités légères ou modérées avaient fait part d'un tel stress. La proportion augmentait pour atteindre 81,7 % chez les parents d'enfants ayant des limitations d'activités sévères ou très sévères.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3251.

La publication L'Enquête sur la participation et les limitations d'activités 2006 : familles d'enfants handicapés au Canada (89-628-XWF2008009, gratuite), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web. Une série de tableaux (89-628-XWF2008010, gratuits) est également accessible.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Patric Fournier-Savard au 613-951-9228, Division de la statistique sociale et autochtone.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif