::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 6 novembre 2009 Numéro 554
Aujourd'hui en veille
Des enseignants de l'école Victor-Doré veulent être priorisés pour la vaccination H1N1
Une conseillère ayant des incapacités à Lachine (art. anglais)
L'expression par l'art pour les personnes ayant des limitations à la communication
Témoignage d'une personne amputée qui a escaladé le Kilimanjaro (art. anglais)
Sondage sur l'intégration en emploi (art. anglais)
Relais de la flamme des Jeux paralympiques
Colloque du RIPPH sur les villes et les personnes ayant des incapacités
Lancement d'une campagne de publicité sur la dysphasie
Reportage sur la dysphasie à l'émission Une pillule, une petite granule


Des enseignants de l'école Victor-Doré veulent être priorisés pour la vaccination H1N1
»» retour en haut

Paru le jeudi 5 novembre 2009 sur Ruefrontenac.com

Source
ruefrontenac.com/nouvelles-generales/sante/13317-pineault-vaccination-enrage-2-ecoles

Classes de handicapés - Des profs piqués au vif
Nouvelles générales - Santé
Écrit par Jean-Philippe Pineault
Jeudi, 05 novembre 2009 19:47
Mise à jour le Vendredi, 06 novembre 2009 00:53

Furieux qu’on refuse de les vacciner contre la grippe A (H1N1) parce qu’ils travaillent pour une commission scolaire plutôt que pour un hôpital, une centaine de profs et membres du personnel de deux écoles destinées aux enfants lourdement handicapés de Montréal doivent descendre dans la rue vendredi pour manifester leur mécontentement, a appris Rue Frontenac.

Alors que les élèves des écoles Victor-Doré et Joseph-Charbonneau ainsi que le personnel provenant du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine auront droit au vaccin contre la grippe en priorité, les enseignants et les autres membres du personnel de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) devront attendre plusieurs semaines, même s’ils sont en contact étroit avec les jeunes.

Une décision de la Direction de la santé publique de Montréal qui fait rager les employés de la CSDM. « C’est totalement ridicule, lance Yves Parenteau, porte-parole de l’Alliance des professeurs de Montréal. Les profs ne sont pas moins en contact avec ces jeunes. Ils leur tiennent le crayon, essuient leur salive et changent leur couche.

« C’est deux poids deux mesures. Si tu es payé par l’hôpital, tu peux te faire vacciner, mais pas si tu es payé par la commission scolaire. Franchement ! » déplore M. Parenteau.

La décision prise par la Direction de la santé publique de Montréal fait en sorte que les élèves des deux établissements scolaires seront vaccinés contre la grippe mardi et vendredi de la semaine prochaine. Quant au personnel provenant du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine qui œuvre dans ces écoles, il a été vacciné ce jeudi. Les profs et autres membres du personnel attachés à la CSDM se sont simplement vu refuser le vaccin.

Manifestation vendredi

Excédés par cette décision des autorités, les employés de la CSDM des deux établissements scolaires ont prévu de manifester ce vendredi à l’heure du dîner, à l\\\'angle des rues Jarry et Victor-Rousselot. Selon nos informations, plusieurs enseignants et d’autres membres du personnel pourraient refuser de réintégrer leurs fonctions tant et aussi longtemps que la Direction de la santé publique de Montréal ne changera pas son fusil d’épaule.

Jointe en soirée jeudi, la porte-parole de l’organisme gouvernemental a pour sa part fait savoir que la notion de travailleur de la santé est au cœur des décisions de la Direction de la santé publique de Montréal.

« Je comprends bien la situation, mais pour nous, un travailleur de la santé est quelqu’un qui offre des soins. Le personnel spécifique rattaché à l’hôpital répond à cette définition », a fait savoir Deborah Bonney.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif