::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Jeudi 3 décembre 2009 Numéro 563
Aujourd'hui en veille
Témoignage sur le regard porté sur les personnes ayant des incapacités
L'OPHQ souligne la Journée internationale
Le gouvernement du Canada souligne la Journée internationale
La FQCRDITED souligne la Journée internationale
La FTQ souligne la Journée internationale
Le NPD souligne la Journée internationale
Le Canada enclence le processus de ratification de la Convention de l'ONU
Le gouvernement du Canada annonce des investissements pour l'accessibilité
Le RAAQ presse le MSSS d'adopter le Programme des aides visuelles
L'ACIC publie son compte-rendu 2009 sur l'intégration des personnes ayant une défience intellectuelle
entrevue sur le Show accessible à Christiane Charette
L'ONU souligne la Journée internationale


Témoignage sur le regard porté sur les personnes ayant des incapacités
»» retour en haut

Paru le mercredi 2 décembre 2009 sur Cyberpresse/La Tribune

Source
www.cyberpresse.ca/la-tribune/sherbrooke/200912/03/01-927415-il-y-a-une-personne-derriere-le-handicap.php

«Il y a une personne derrière le handicap»
Sonia Bolduc
La Tribune

(Sherbrooke) «Qu'est-ce qui rend les gens si mal à l'aise lors d'un premier contact avec une personne handicapée?» Patrice Lamarche connaît la réponse à la question. Il porte sa bouche au tube qui lui permet de mouvoir son fauteuil électrique, il recule un peu. «C'est la projection, dit-il doucement. Les gens s'imaginent à notre place, ils se demandent comment ils pourraient vivre une situation pareille et ne trouvent pas de réponse. Ça les intimide.»

Depuis près de 20 ans que Patrice Lamarche se voit dans le regard des autres, il a appris à les connaître, à les comprendre. À les saisir aussi. Le fauteuil électrique, le repose-tête, le tube directionnel, la perche buccale; tout autant d'outils essentiels à son autonomie, tout autant de distractions lorsque les regards se croisent, aussi. Des rappels du handicap qui laissent parfois la personne en plan.

«C'est important qu'on parle de personne handicapée, de personne non-voyante, de personne à mobilité réduite, fait valoir Patrice Lamarche. Ça rappelle l'existence de la personne derrière son handicap. On n'est pas des extra-terrestres, juste des gens qui ont vécu un pépin qui nous a changés physiquement. Mais pour le reste, on aspire aux mêmes choses, on a envie de se réaliser selon nos pleines capacités.»

Il y a environ 18 ans, Patrice Lamarche avait toutes ses capacités. Fraîchement diplômé de l'université, il travaillait comme comptable agréé, il fréquentait une fille, sortait avec ses amis, pratiquait un paquet de sports. C'est un mauvais plongeon dans la piscine familiale qui a mis fin à une partie de cette vie là; il a instantanément perdu l'usage de ses bras et de ses jambes.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif