::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 14 janvier 2011 Numéro 667
Aujourd'hui en veille
Des médecins plaident pour la mise sur pied d'un centre d'hébergement en santé mentale
L'INCA stupéfaite de la décision du gouvernement du Canada d'aller en appel sur l'accessibilité du Web
Éditorial du Devoir sur les chiens d'assistance pour les enfants TED
Éditorial de The Gazette sur la pénurie de psychologues (art. anglais)
L'intégration des personnes ayant des incapacités un an aprés le tremblement de terre en Haïti
MÉMO-Québec attristée par le décès de Gaston L'Heureux
L'AMEIPH souligne le décès de Gaston L'Heureux
Le stationnement toujours gratuit à Trois-Rivières pour les détenteurs de vignettes


Des médecins plaident pour la mise sur pied d'un centre d'hébergement en santé mentale
»» retour en haut

Paru le vendredi 14 janvier 2011 sur Cyberpresse/La Presse

Source :
www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201101/13/01-4359934-sante-mentale-des-medecins-souhaitent-le-retour-de-la-vie-en-institution.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS1 
 
Santé mentale: des médecins souhaitent le retour de la vie en institution

Isabelle Hachey
La Presse

Depuis plus de 30 ans, des milliers de malades mentaux sont sortis des asiles québécois. Voilà maintenant que, sur le terrain, médecins et travailleurs sociaux se rendent à l'évidence: une petite partie des malades sont incapables de fonctionner en société. Et avec la disparition des institutions psychiatriques, ils n'ont nulle part où aller.

Dans les hôpitaux, ils encombrent pendant des mois les lits destinés aux patients en crise, ce qui contribue à faire déborder les urgences psychiatriques. Quand ils finissent par obtenir leur congé, un bon nombre d'entre eux se retrouvent à la rue ou en prison.
La situation est si critique que les gestionnaires de trois grands centres hospitaliers montréalais réclament carrément le retour à la vie en établissement pour cette minorité de patients, pour qui tout le reste a été tenté en vain.

Dans les prochaines semaines, des experts du CHUM, de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont et de l'hôpital psychiatrique Louis-H.-LaFontaine recommanderont au ministère de la Santé de créer un centre de santé mentale d'une centaine de lits pour combler les besoins dans l'est de Montréal, a appris La Presse.

Cette proposition semble contraire à la tendance générale en psychiatrie. Mais ceux qui travaillent sur la ligne de front sont résignés: malgré les beaux principes, la désinstitutionnalisation n'est pas pour tout le monde.

«Nous, nous sommes dans les tranchées. Et même si ça peut surprendre, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il faut un lieu d'accueil sûr pour les patients chez qui toutes les tentatives de réadaptation se sont soldées par des échecs», dit Paul Lespérance, chef du service de psychiatrie du CHUM.

Pas à leur place

À Louis-H.-LaFontaine, 67 des 369 lits sont occupés par des patients qui n'y sont pas à leur place. Ils y végètent depuis des mois, parfois même des années. «Ce sont des gens stables, mais qui ont besoin d'un encadrement formel. Les familles d'accueil ou les logements supervisés ne correspondent pas à leurs besoins», explique Krystyna Pecko, directrice des services professionnels.
«On a essayé la réadaptation avec ces gens-là et, malheureusement, ils ont atteint le maximum de leur potentiel, ajoute-t-elle. On parle donc d'hébergement à long terme.» La plupart de ces patients sont relativement âgés. Mais au CHUM, en plein centre-ville de

Montréal, il s'agit surtout de patients psychotiques.

«Quand on les garde en institution, ils sont calmes, ça va. Mais si on les envoie en logement supervisé, leur état se détériore rapidement et ils doivent être réhospitalisés», explique le Dr Lespérance.

Des 60 lits de l'aile psychiatrique du CHUM, 12 sont occupés par ces patients qui rechutent sans cesse. «On est obligés de les garder pendant six mois, un an. L'un d'eux est parti après deux ans et demi! Il n'y a pas d'issue pour eux. Comme si on pensait que ces gens-là n'existaient pas. Je regrette, mais ils existent.»

Les oubliés du système

Le Dr Lespérance est conscient que la création d'un centre d'hébergement en santé mentale n'est pas dans l'air du temps.
«L'idée ne fait pas l'unanimité. Mais les penseurs qui ne jurent que par la réadaptation ont tort. Il va falloir que les gens du ministère commencent à se rendre compte qu'il y a des patients pour qui ça ne marche pas et qu'on n'a rien pour eux dans le réseau, nulle part. À un moment donné, il faut arrêter de jouer à l'autruche et se demander ce qu'on peut faire.»

Ces patients sont les oubliés du système. «On les parque un peu partout, dit la Dre Pecko. Le gouvernement a mis beaucoup d'efforts pour créer des ressources vouées à la réinsertion. Des centaines de milliers de patients sont placés en communauté, avec différents types de soutien. Mais on a peut-être oublié une dernière tranche de patients, pour qui aucun de ces programmes ne fonctionne. On en est là.»

À Maisonneuve-Rosemont, environ 10% des 50 lits de l'aile psychiatrique sont occupés par ce type de patients. D'après le Dr Lespérance, en tenant compte des patients de l'hôpital du Sacré-Coeur et du secteur anglophone, il ne serait «pas difficile» de remplir une institution de 300 lits pour répondre aux besoins de l'ensemble du territoire montréalais.

Pression sur les urgences

«Il y a des cas compliqués qui ne cadrent dans aucune case. Ils ne sont pas dans les cases, mais ils sont dans nos lits!» déplore le Dr Lespérance. Le problème se complique lorsque ça refoule aux urgences psychiatriques, qui débordent régulièrement.
Faute de place à l'étage, des patients en crise se retrouvent sur des civières, dans les corridors, avec un préposé à leur chevet en permanence parce qu'ils sont considérés comme à risque. «Les conditions d'hospitalisation des patients en attente de soins aigus sont franchement gênantes», admet le Dr Lespérance.

«On la sent, la pression, on étouffe, poursuit-il. L'automne dernier, il y a eu des débordements historiques en psychiatrie d'urgence. Non seulement chez nous, mais aussi à l'hôpital Douglas, qui a dû ouvrir une unité temporaire complète, et à Louis-H.-LaFontaine, qui a eu près de 40 patients en surnombre pour 12 civières.»

Ces débordements sont fréquents, confirme la Dre Pecko. «On a 67 patients qui devraient être ailleurs. Ça veut dire 67 lits qui ne sont pas disponibles pour des hospitalisations de courte durée. C'est beaucoup. On a des pressions, des réunions d'urgence... C'est un casse-tête régulier pour nous.»

Briser le triangle infernal

L'idée de mettre sur pied un centre d'hébergement en santé mentale réjouit Jocelyn Aubut, directeur général de l'Institut Philippe-Pinel. «J'aime autant les voir là que dans la rue ou dans les prisons!»

À Pinel, une cinquantaine de patients pourraient avoir leur congé «demain matin», dit-il, mais ils doivent rester faute de places adéquates dans le réseau.

Pour ces patients, un encadrement plus serré permettrait enfin de briser le «triangle infernal» hôpital-rue-prison, dit le Dr Aubut. «Toutes les études le démontrent: il y a un lien direct entre la fermeture de lits psychiatriques et l'augmentation du nombre de malades dans les prisons.»

La désinstitutionnalisation était «absolument nécessaire», souligne-t-il. «Mais au-delà de l'idéologie, la réalité nous frappe en plein front. Cette réalité, on peut la voir dans la rue Sainte-Catherine, dans les urgences, dans les prisons.»

«On espérait qu'avec la réadaptation on n'aurait plus besoin d'hébergement en psychiatrie, ajoute le Dr Lespérance. On se rend compte que ce n'est pas possible. Dans aucun domaine de la médecine, on n'est capable de traiter tous les patients. Appelez ça des échecs thérapeutiques si vous voulez, mais on en a tous. Maintenant, il faut se regarder dans le miroir et offrir à ces gens-là un milieu de vie adéquat. En tenant compte du fait qu'ils vont y être pour longtemps. C'est non seulement correct, mais c'est la chose humaine à faire.»


Paru vendredi 14 janvier 2011 sur Cyberpress.ca

Source
www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201101/14/01-4360017-lasile-cest-fini.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4359934_article_POS1

Publié le 14 janvier 2011 à 07h17 | Mis à jour à 07h17
Isabelle Hachey
La Presse
 

Quelle forme prendra l'établissement que réclament des gestionnaires du CHUM, de Maisonneuve-Rosemont et de Louis-H.-LaFontaine pour une centaine de malades mentaux incapables de s'intégrer dans la communauté?

Depuis la vague de désinstitutionnalisation qui a déferlé sur la province, il y a des couloirs déserts et même un pavillon vacant à Louis-H.-LaFontaine. Mais pas question, pour ce qui reste le plus grand hôpital psychiatrique du Québec, d'accueillir ces patients. «Nous ne faisons pas d'hébergement. L'asile, c'est fini. Et c'est une bonne chose, d'ailleurs», tranche le porte-parole de l'hôpital, Jean Lepage. «Ça ne fait plus partie de la mission de Louis-H. depuis plusieurs années», renchérit Krystyna Pecko, directrice des services professionnels. «Notre spécialité, c'est la réadaptation. Nous serions mal placés pour prendre en charge la petite proportion de gens qui ne répondent à rien.» Sans compter l'aspect symbolique de la chose. Recevoir des patients pour de longues périodes - voire pour la vie - à Louis-H.-LaFontaine rappellerait inévitablement un passé douloureux.

Il y a quelques décennies à peine, l'hôpital comptait 6000 patients... et seulement trois aliénistes, les ancêtres des psychiatres. Les patients étaient entassés comme des sardines dans des dortoirs, sans la moindre intimité. «À l'époque, tous les patients étaient placés en asile, rappelle la Dre Pecko. À un moment donné, il est devenu évident pour les professionnels de la santé que la majorité d'entre eux avaient le potentiel de s'en sortir. Mais probablement y a-t-il toujours eu des patients qui avaient besoin d'un milieu de cette nature.» L'établissement réclamé prendra sans doute la forme d'un centre d'hébergement en santé mentale, géré par un centre de santé et des services sociaux (CSSS).

Évidemment, personne ne prône le retour des asiles. «Il ne s'agit pas de parquer les patients et de les oublier là, dit Paul Lespérance, chef du service de psychiatrie du CHUM. Pour y avoir une place, les patients devraient avoir tenté tous les programmes de réadaptation, sans succès. Ce serait une condition sine qua non. Il ne faut pas retourner 40 ans en arrière.»

 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif