::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Jeudi 10 février 2011 Numéro 677
Aujourd'hui en veille
Les solutions à l'intégration à la classe ordinaire ne seront appliquées qu'en 2012
Réaction de la FSE et de l'APEQ sur l'échancier des mesures concernant l'intégration à la classe régulière
L'AQIS réagit à la campagne de la FAE sur l'intégration en classe ordinaire
Réflexions entourant la campagne de la FAE
Le gouvernement paiera pour le traitement au lucentis
Le MPAQM réagit à des propos tenus sur les ondes du FM 93
Hausse du nombre de contraventions dans les stationnements réservés à Montréal
Projet de logements adaptés pour les jeunes ayant une déficience intellectuelle à Sherbrooke
Un homme amputé ne peut utiliser sa camionnette en raison de dédales administratifs
La vie au bout du pouce pour une femme ayant des incapacités
Sarcasmes à l'égard d'un député ayant la paralysie cérébrale en Angleterre (art. anglais)


Les solutions à l'intégration à la classe ordinaire ne seront appliquées qu'en 2012
»» retour en haut

Paru le jeudi 11 février 2010 sur Cyberpresse/Le Soleil

Source :
www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/201102/09/01-4368675-integration-des-eleves-en-difficulte-le-reseau-de-leducation-attendra-jusquen-2012.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_en-manchette_2238_section_POS3

Intégration des élèves en difficulté: le réseau de l'éducation attendra jusqu'en 2012

Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Le réseau de l'éducation devra s'armer de patience. Tout indique qu'il faudra attendre l'automne 2012 avant de voir des changements concrets liés à l'intégration des élèves en difficulté dans les classes régulières.

Le 25 octobre, tous les acteurs du réseau scolaire étaient réunis lors d'un forum pour tenter de trouver des solutions à cette épineuse question, qui a fait couler beaucoup d'encre au cours des dernières années. La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, avait alors présenté sa feuille de route. Or, selon le calendrier concocté par la suite par le ministère de l'Éducation, peu de changements concrets seront apportés avant la rentrée 2012.

Selon le document mis en ligne récemment sur le site Internet du Ministère, des recommandations concernant l'intégration des élèves en difficulté aux programmes particuliers - sports-études, éducation internationale ou concentration en arts, par exemple - seront rendues publiques en décembre 2011. Même scénario concernant les mesures qui permettront de faire une plus grande place à ces élèves dans les écoles privées. Les changements entreront donc en vigueur l'année suivante.

Par ailleurs, selon l'échéancier prévu, la publication des lignes directrices encadrant l'intégration des élèves en difficulté dans les classes régulières se fera en septembre. Or, à ce moment, il sera déjà trop tard pour apporter des changements à l'année en cours, puisque les groupes d'élèves seront déjà formés, déplore la Fédération des syndicats de l'enseignement. «Il faut que les lignes directrices soient connues avant septembre pour qu'on puisse les mettre en oeuvre dès la prochaine année scolaire. On attend ces balises depuis des années, on ne peut pas attendre encore», affirme sa présidente, Manon Bernard.

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, estime plutôt qu'il faut prendre le temps de bien faire les choses. «Certains nous reprochent parfois d'aller trop vite, alors on va prendre le temps de le faire comme il faut», a-t-elle affirmé hier par la voix de son attaché de presse, Dave Leclerc.

De son côté, la Fédération des commissions scolaires est satisfaite de ce calendrier. «Oui, j'aimerais que ça aille plus vite, mais c'est un échéancier réaliste», affirme sa présidente, Josée Bouchard. Même son de cloche de l'Association du personnel de direction des écoles et de la Fédération des comités de parents.

À la Fédération des établissements d'enseignement privés, on est aussi à l'aise avec ce calendrier. «Il y a une volonté réelle» d'accueillir davantage d'élèves en difficulté, assure le responsable du dossier, Auguste Servant.

Du côté de la Fédération des directions d'établissements d'enseignement, on se montre beaucoup plus critique. «Les élèves ne font qu'attendre, et les ressources n'ont pas suivi. Où sont les actions concrètes pour aider les élèves qui en ont besoin? Je n'en vois pas», affirme sa présidente, Chantal Longpré.

Le ministère de l'Éducation consacre plus d'un milliard de dollars par année pour les services offerts aux élèves en difficulté.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif