::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 22 mars 2011 Numéro 692
Aujourd'hui en veille
Des ratés dans l'application du plan d'accès en santé mentale à Montréal
L'OPHQ publie un guide sur les mesures fiscales pour les personnes ayant des incapacités
L'organisme les Impatients lance un coffret de cartes de souhaits
Des organismes communautaires s'inquiètent de la disparition du programme Interagir
Le Comité paralympique canadien annonce les bénéficiaires de son Fonds d'équipement adapté pour l'année 2011


Des ratés dans l'application du plan d'accès en santé mentale à Montréal
»» retour en haut

Paru le dimanche 20 mars 2011 sur CNW - Telbec

Source
www.cnw.ca/fr/releases/archive/March2011/20/c4567.html

Le ministère de la Santé et des Services sociaux tarde à déposer son bilan - LA POPULATION MONTRÉALAISE N'A PAS ACCÈS AUX SERVICES TRICOTÉS SERRÉS PROMIS PAR LA RÉORGANISATION DES SERVICES EN SANTÉ MENTALE

MONTRÉAL, le 20 mars /CNW Telbec/ - Six ans après le lancement d'un vaste plan de transformation des services en santé mentale par l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, découlant du plan d'action ministériel adopté en 2005, les organisations syndicales et communautaires qui interviennent auprès des personnes souffrant de problèmes en santé mentale dressent un sombre bilan de sa mise en œuvre.

Visant l'amélioration de l'accessibilité et de la continuité des services pour mieux répondre aux besoins, la réforme prévoyait de récupérer des millions de dollars des budgets des hôpitaux psychiatriques pour créer des guichets d'accès unique et rapprocher les services du milieu de vie de la clientèle. Des équipes de première ligne, composées d'intervenants des centres de santé et de services sociaux (CSSS), de médecins de famille, de psychiatres répondants ainsi que les ressources du milieu communautaire devaient disposer de moyens et travailler de concert pour prendre en charge les personnes délestées par les hôpitaux.

« Or, déclare Michèle Boisclair, vice-présidente de la FIQ, nous constatons aujourd'hui, sur le terrain, de nombreux ratés quant à la rencontre des objectifs poursuivis au départ et quant au respect des principes mis de l'avant. »

Les personnes en crise ou dans l'obligation de faire renouveler ou réviser leur ordonnance n'ont plus accès au psychiatre qu'elles voyaient auparavant dans les grands centres hospitaliers et ne savent plus où se diriger. Elles ne peuvent être référées à un psychiatre répondant que par leur médecin de famille. Souvent ces gens n'en ont pas, à l'instar de la grande majorité des Québécois, et comme les références des médecins des cliniques sans rendez-vous ne sont pas reconnues, ils sont laissés à eux-mêmes. « Les intervenants des CSSS, tout comme ceux du milieu communautaire, les soutiennent à bout de bras et, ultimement, n'ont d'autre choix que de les retourner à l'urgence pour qu'ils puissent obtenir des services médicaux et psychiatriques, constate Johanne McGurrin, vice-présidente à l'APTS. On est loin de l'objectif recherché de continuité et de proximité des services. »

« Cinq ans plus tard, le plan d'action en santé mentale tarde à livrer ses promesses et l'implantation des équipes interdisciplinaires prend beaucoup de retard. Un virage s'impose pour offrir aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, et à leur famille, tous les services auxquels elles ont droit, déclare Jean-Philippe Grad, vice-président Montréal-Laval de la FSSS-CSN. Cette responsabilité incombe à l'Agence qui doit jouer son rôle de coordination auprès des établissements et s'assurer que toutes les équipes d'intervention intègrent des médecins et des psychiatres répondants. »

Le plan ministériel prévoyait que les organismes communautaires reçoivent au moins 10 % de l'enveloppe des dépenses de santé mentale dans chacune des régions du Québec. Depuis six ans, le financement des organismes montréalais n'a jamais dépassé 5,3 %, alors que pour l'ensemble du Québec il a diminué de 7,3 % à 7 %. « Nous nous demandons si le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) veut vraiment maintenir un réseau d'organismes communautaires spécialisés en santé mentale, se questionne Daniel Latulippe, directeur général du RACOR. Des organismes doivent réduire leurs services et, faute de ressources humaines, ne peuvent plus participer à des rencontres de concertation avec le réseau public. Certains organismes penseraient même à se saborder parce qu'ils n'ont plus les moyens de réaliser leur mission. »

Les organismes que regroupe le RACOR sur l'île de Montréal offrent annuellement des services à 100 000 personnes dont plus de la moitié viennent de leur propre initiative, sans avoir été dirigées par le réseau public. Les liens entre ce dernier et le milieu communautaire doivent être renforcés afin de favoriser l'accès aux services.

Le regroupement d'organisations réclame de l'Agence régionale et du MSSS qu'ils complètent en priorité les équipes de travail interdisciplinaires, qu'ils débloquent les sommes budgétisées pour la réalisation du plan, qu'ils fassent la promotion des nouveaux guichets d'accès aux services et qu'ils s'assurent d'une étroite collaboration entre les réseaux publics et communautaires qui viennent en aide aux patients et à leur famille. Et, bien sûr, que le ministère fasse connaître son bilan.

« Les syndicats et les organismes communautaires tirent aujourd'hui la sonnette d'alarme : tout le monde, incluant les médecins et les psychiatres, doit faire sa part pour remettre le train sur les rails. Nous avons le devoir d'agir pour soigner adéquatement et améliorer la qualité de vie de ces personnes qui sont parmi les plus vulnérables de notre société », conclut Michel Tremblay, président de la FP-CSN.

À propos du comité de travail en santé mentale

Le comité de travail en santé mentale est composé de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN), de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - FIQ, de la Fédération des professionnèles (FP-CSN) et de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ainsi que du réseau d'organismes communautaires membres du RACOR en santé mentale.


Renseignements: APTS - Chantal Mantha
514.236.9287 FP-CSN,

FSSS-CSN - Jean-Pierre Larche
514.605.0757

FIQ - Caroline Valiquette
514.796.5012

RACOR - Daniel Latulippe
514.265.8929
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif