::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 30 août 2011 Numéro 718
Aujourd'hui en veille
La FQDE affirme que les lignes directrices sur l'intégration des EHDAA s'adaptent mal à la réalité des écoles
Les élèves HDAA attendent longtemps pour recevoir de l'aide
La face cachée du TDAH
Le FFM couronne un film sur l'amour et les personnes ayant des incapacités
Le lien entre les traitements de fertilité et l'autisme (art. anglais)
Un film sur des artistes atteints d'autisme
Des enfants autistes prennent l'air du large à Québec
La diversité des symptômes associés à la sclérose en plaques


La FQDE affirme que les lignes directrices sur l'intégration des EHDAA s'adaptent mal à la réalité des écoles
»» retour en haut

Paru le vendredi 26 août 2011 sur Cyberpresse/actualité

Source : www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201108/26/01-4429046-eleves-handicapes-ou-en-difficulte-des-directives-qui-sadaptent-mal-a-la-realite-des-ecoles.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_education_563_section_POS4 
 
Élèves handicapés ou en difficulté: des directives qui s'adaptent mal à la réalité des écoles

Pascale Breton
La Presse

Les nouvelles directives en matière d'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage et d'adaptation (EHDAA) s'adaptent mal à la réalité des écoles, dénonce la Fédération québécoise des directeurs d'établissement d'enseignement.

À l'aube de la rentrée, les nouvelles directives changent le portrait des classes du primaire et du secondaire. Un élève handicapé ou en difficulté compte désormais pour trois ou quatre places dans une classe, et il ne peut y avoir plus de trois catégories différentes dans un groupe.

Résultat, certaines écoles manquent de places. Les directeurs doivent ouvrir de nouvelles classes ou envoyer des élèves dans une autre école, ce qui déplaît généralement aux parents.

La solution la plus simple est de verser une prime à l'enseignant qui accepte de dépasser le ratio prévu.
«La seule option qui nous reste est de payer l'enseignement en supplément. Et c'est ma crainte», déplore la présidente de la Fédération québécoise des directeurs d'établissement d'enseignement (FQDE), Chantal Longpré.

Cette pratique a déjà cours, mais elle risque de se répandre, croit Mme Longpré. «Ce n'est pas parce que l'enseignant a un salaire plus élevé que ce sera plus facile et qu'il répondra davantage aux élèves. Le travail sera quand même sur son bureau.»

En juin, les syndicats d'enseignants et le Ministère se sont entendus sur les grands principes d'intégration des EHDAA. Plus d'argent sera alloué, notamment afin de dégager l'enseignant qui doit rédiger un plan d'intervention pour un élève ou d'embaucher davantage de ressources professionnelles.

Il sera difficile d'embaucher plus de professionnels quand il en manque déjà, fait valoir Mme Longpré. «Les conditions de travail sont exécrables», affirme-t-elle, si bien qu'ils préfèrent travailler en milieu hospitalier ou au privé. La plupart doivent en effet travailler dans plusieurs écoles pour obtenir une tâche complète.

La Fédération des professionnels en enseignement (FPPE-CSN) dévoile d'ailleurs ce matin un sondage sur la situation des services professionnels dans les écoles.

Laissés pour compte

Au terme du secondaire, l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté risque par ailleurs d'avoir un impact important sur la formation professionnelle. Là encore, les ressources ne sont pas suffisantes et le problème devient criant.

Il faut que l'élève reçoive de l'aide pour choisir le métier qui lui convient et qu'il soit autonome sur le marché du travail, fait valoir Mme Longpré.

«Il faut trouver l'endroit où l'élève ira le plus loin possible, dans ce qu'il aime et là où il est le plus fort. Actuellement, parce qu'on manque de ressources dans les écoles, on n'arrive pas à le faire.»

Par ailleurs, maintenant que de nouvelles lignes directrices sont en vigueur dans le réseau public, la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, maintient la pression sur les écoles privées. Elle souhaite qu'elles intègrent davantage d'élèves handicapés ou en difficulté.

La ministre souhaite parvenir à une entente pour le mois de décembre, a-t-elle réitéré plus tôt cette semaine dans une entrevue à La Presse.

«J'ai leur collaboration. Les écoles privées ont bien compris qu'elles sont des entités éducatives qui ont un rôle à jouer», a déclaré Mme Beauchamp.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif