::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 30 septembre 2011 Numéro 727
Aujourd'hui en veille
Manifestation du RAPLIQ pour un métro accessible
Sévère constat de la Protectrice du citoyens sur les services à domicile
Réaction de l'Office des personnes handicapées du Québec sur le rapport annuel de la Protectrice du citoyens
Manque de contrôle de qualité dans les services d'hébergement en déficience intellectuelle
Reportage de l'émission Enquête sur le décès de Mario Hamel
Vingtième anniversaire du Congrès Espoir famille
L'Institut québécois de la déficience intellectuelle annonce son colloque


Manifestation du RAPLIQ pour un métro accessible
»» retour en haut

Paru le vendredi 30 septembre 2011 sur Le Devoir

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/332550/mobilisation-pour-un-metro-accessible-a-tous

Mobilisation pour un métro accessible à tous
Bouchra Ouatik 30 septembre 2011 Actualités en société

Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir
Laurence Parent et Julien Gascon-Samson dans le métro hier. Pour l’instant, seulement 8 des 68 stations du métro de Montréal sont équipées d’ascenseurs.

Les personnes à mobilité réduite n'en peuvent plus d'attendre que le métro leur soit entièrement accessible. Selon les plus récents plans de la STM, quatre stations seront dotées d'ascenseurs dans les cinq prochaines années. «À ce rythme-là, il faudra attendre jusqu'en 2085 pour que toutes les stations soient accessibles!», s'exclame la présidente du Regroupement des activistes pour l'inclusion au Québec (RAPLIQ), Linda Gauthier, elle-même en fauteuil roulant. Lors d'une manifestation tenue hier devant la station Place-des-Arts, les militants du RAPLIQ exigeaient que toutes les stations de métro soient équipées d'ascenseurs d'ici 25 ans.

En 2008, la Société de transport de Montréal (STM) avait pourtant prévu que l'ensemble du réseau serait accessible autour de 2028, à raison de trois stations par année. L'an dernier, la STM s'est ravisée, en admettant que ces objectifs étaient trop optimistes. «Nous avons sous-estimé le travail nécessaire et les coûts», explique le président du conseil d'administration de la STM, Michel Labrecque. La STM souhaite maintenant obtenir du ministère des Transports du Québec un budget spécifique pour l'installation d'ascenseurs. M. Labrecque assure que toutes les nouvelles stations de métro seront équipées d'ascenseurs. Pour l'instant, 8 des 68 stations le sont, soit Côte-Vertu, Lionel-Groulx, Bonaventure, Berri-UQAM, Henri-Bourassa, Cartier, De la Concorde et Montmorency.

Le RAPLIQ entend maintenir ses pressions pour que les travaux soient effectués le plus rapidement possible. «Nous payons le même tarif que tout le monde, mais nous n'avons pas accès au même service», s'indigne Mme Gauthier. Elle affirme aussi que les rampes des autobus à plancher surbaissés sont souvent défectueuses, ce que ne nie pas la STM.

La Commission des droits de la personne du Québec comprend les revendications du RAPLIQ. «C'est un dossier très important pour nous», affirme le président de la Commission, Gaétan Cousineau. En vertu de la Charte québécoise des droits et libertés, l'inaccessibilité au transport public est une forme de discrimination. Toutefois, M. Cousineau concède à la STM que les réparations peuvent être très coûteuses et qu'il faut en tenir compte dans le traitement des plaintes.

Le métro de Montréal a été l'un des derniers au monde à emboîter le pas en matière d'accessibilité aux personnes à mobilité réduite, selon un rapport du Comité sur l'accessibilité du métro de Montréal, présenté en 2002 au ministère des Transports du Québec. À Toronto, 28 des 69 stations sont équipées d'ascenseurs, et l'ensemble du réseau le sera d'ici 2024.

http://fr.canoe.ca/infos/regional/archives/2011/09/20110929-191538.html

Mobilité réduite
Le métro n’est pas accessible à tous
Agence QMI
Sarah St-Denis | 24 Heures Montréal
29/09/2011 19h15

 





Laurence Parent est coincée dans sur le quai puisqu'il n'y a pas d'ascenseur lors d'une manifestation pour l'accessibilité dans le transport en commun, à la station Place-des-Arts, à Montréal en ce jeudi 29 septembre 2011.

© Agence QMI / JOEL LEMAY


 


MONTRÉAL - Deux membres en fauteuil roulant du Regroupement activiste pour l'inclusion Québec (RAPLIQ) sont demeurés coincés pendant plus de deux heures sur le quai du métro Place-des-Arts jeudi matin.

En descendant à cette station de métro, qui n’est pas accessible aux personnes handicapées et à mobilité réduite, les membres du RAPLIQ ont voulu exposer la problématique à laquelle font face ces personnes dans leur déplacement au quotidien.

Deux heures trente plus tard, des employés du métro sont descendus sur les quais afin d’aider les deux personnes à sortir du métro, qui ont finalement été évacuées par la station Berri-UQAM.

L’événement a eu lieu dans le cadre d’une manifestation organisée par le RAPLIQ afin de dénoncer le non-respect de l’engagement auquel a adhéré la Ville de Montréal lors de l’adoption de son plan de transport en 2008. Le plan prévoyait de rendre accessibles trois stations de métro par an pour les personnes handicapées et à mobilité réduite, principalement par l’ajout d’ascenseurs adaptés.

Or, le RAPLIQ affirme que, depuis 2008, moins d’une station par année a été rendue accessible, un rythme qui reporte la fin du projet dans des délais beaucoup trop longs.

«Du côté de la STM, le son de cloche est toujours le même, a expliqué Joëlle Rouleau, membre du RAPLIQ. On nous dit qu’il n’y a pas d’argent pour ça et nous comprenons. Ce que nous ne comprenons pas par contre, c’est pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de demande de financement qui est faite au Ministère des Transports comme ça se fait ailleurs dans le Canada ? Ça devrait faire partie de leurs priorités.»

Une situation discriminatoire

La principale alternative au métro pour les personnes à mobilité réduite demeure le transport adapté, un moyen pas toujours «adapté», a affirmé Laurence Parent, aussi membre du RAPLIQ.

«Le transport adapté est essentiel pour certains, a-t-elle dit, mais ce ne sont pas toutes les personnes à mobilité réduite qui y sont admissibles. Une personne qui marche, mais qui a de la difficulté peut se voir refuser ce service, alors qu’elle ne peut pas nécessairement franchir les escaliers du métro.»

Le RAPLIQ prévoit porter plainte aux Droits de la personne si rien n’est fait pour améliorer la situation.

De son côté, la STM admet qu’elle ne pourra pas tenir l’engagement qu’elle a pris avec le plan adopté en 2008.

«Lors de la formulation du plan en 2008, la STM a sous-évalué les coûts que représente l’aménagement de trois ascenseurs par année dans son réseau. L’implantation d’un nouvel ascenseur coûte entre 10 et 15 millions $, alors qu’on prévoyait des coûts correspondant environ au tiers de cette somme», a commenté Michel Labrecque, président de la STM.

La STM se dit toutefois ouverte à trouver des solutions.

«Il est vrai que le rythme d’implantation des ascenseurs est trop long pour subvenir aux besoins de notre clientèle, a poursuivi M. Labrecque. Faire une demande de financement à Québec n’est pas une option, puisque ces coûts font partie d’un budget déjà établi. C’est pourquoi je me suis engagé à rencontrer les membres du RAPLIQ et d’autres associations pour discuter de moyens pour trouver du financement spécifique au cours des prochaines semaines.»

Le réseau du métro compte sept stations accessibles pour les personnes handicapées sur les 68 qui composent son ensemble, dont quatre à Montréal et trois à Laval.


http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/09/29/004-metro-accessibilite-universelle.shtml


Manifestation pour un métro accessible aux personnes handicapées
Mise à jour le jeudi 29 septembre 2011 à 14 h 05 HAE

Commenter (8) »PartagerCourrielFacebookTwitterImprimer.
Photo: RAPLIQ

Deux membres du RAPLIQ posent devant des escaliers à la station Place-des-Arts.
 

Un groupe de manifestants s'est donné rendez-vous jeudi matin en face de la station de métro Place-des-Arts pour réclamer une meilleure accessibilité au métro pour les personnes handicapées et à mobilité réduite.

La manifestation, organisée par le Regroupement activiste pour l'inclusion Québec (RAPLIQ), visait à rappeler à la Société de transport de Montréal et à la Ville leurs engagements de rendre chaque année trois stations de métro accessibles aux personnes handicapées.

Un engagement qui figure dans le plan de transport de la Ville de Montréal qui s'engageait à rendre le métro entièrement accessible d'ici 20 ans, rappelle le RAPLIQ.

Or, depuis l'adoption du plan de transport, en 2008, le RAPLIQ constate que moins d'une station de métro par année deviendra accessible d'ici 2016.

Pour illustrer le problème, deux membres du RAPLIQ ont pris jeudi matin le métro en fauteuil roulant à la station Côte-Vertu, qui est munie d'un ascenseur. Ils ont ensuite pris la ligne verte à la station Lionel-Groulx, elle aussi munie d'un ascenseur. Or, aucune autre station de la ligne verte ne possède d'ascenseur à l'exception de Berri-UQAM.

Leur parcours s'est terminé au pied d'un escalier de la station Place-des-Arts, où ils ont attendu que des employés de la STM trouvent une façon de les évacuer.

« Ça peut devenir très compliqué de ressortir du métro une fois qu'on y est entré en fauteuil roulant », explique Joëlle Rouleau du RAPLIQ.


Photo: RAPLIQ
 

À cette cadence, l'organisme estime que le métro de Montréal ne sera entièrement accessible aux personnes handicapées qu'en 2085.

« Nos demandes sont réalisables, la lenteur actuelle de la mise en accessibilité, elle, est déraisonnable et illégale. Par son manque d'engagement, la STM perpétue les erreurs du passé et discrimine des milliers de personnes », soutient le RAPLIQ dans un communiqué intitulé « Avant que les fauteuils roulants aient des ailes! » .

Une promesse trop ambitieuse

Dans un document publié sur le site Internet de la Société de transport de Montréal, le président du conseil d'administration de la STM, Michel Labrecque, reconnaît que les objectifs que s'était fixés la STM dans son plan stratégique 2020 en matière d'accessibilité étaient trop optimistes.

« Pour les ascenseurs dans les stations existantes, nous avons sous-estimé l'effort architectural et de génie civil pour y aménagerdes ascenseurs. Il y a le coût par ascenseur, bien sûr (15 M$ par station) mais également tout le travail, le temps, les défis logistiques, etc. », explique Michel Labrecque dans les pages STM Info du site Internet de la STM.

« Nous avons mandaté le comité Accessibilité universelle afin de revoir la planification pour accélérer leur installation. Mais nous ne pourrons pas avoir un rythme de trois stations par année », admet le président du CA de la STM dans le même document.

Toutes les futures stations seront accessibles, promet la STM

Il promet cependant que toutes les nouvelles stations du métro de Montréal seront désormais dotées d'ascenseurs lors de leur conception afin d'en assurer l'accessibilité universelle.

Actuellement, sept stations de métro sont dotées d'ascenseurs et d'infrastructures destinées aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant. Il s'agit des stations Montmorency, De La Concorde, Quartier, Henri-Bourassa, Berri-UQAM, Lionel-Groulx et Côte-Vertu.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif