::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 25 octobre 2011 Numéro 733
Aujourd'hui en veille
Le ministre Jim Flaherty annonce la bonification du Régime d'épargne invalidité
Une étude de la Fondation des maladies du coeur montre le lien entre maladie cardiaque et blessures médullaires
Les répercussions de l'arrivée d'un enfant ayant des incapacités sur la famille
Documentaire sur les droits des personnes ayant des incapacités à PBS (art. en anglais)


Le ministre Jim Flaherty annonce la bonification du Régime d'épargne invalidité
»» retour en haut

Paru le dimanche 23 octobre 2011 sur La Presse Affaires

Source :
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/canada/201110/21/01-4459612-requinquer-le-regime-depargne-invalidite.php  

Requinquer le Régime d'épargne-invalidité


Stéphanie Grammond
La Presse

(Montréal) Ottawa veut améliorer le régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI). Un peu à la manière du REER, ce programme extrêmement généreux permet aux familles d'épargner à l'abri de l'impôt afin d'assurer l'autonomie financière d'un enfant lourdement handicapé.

«Le programme fonctionne bien, mais voulons le rendre encore meilleur», a dit le ministre des Finances Jim Flaherty qui a lancé des consultations à cet effet, hier.

Dévoilé lors du budget fédéral de 2007, le REEI a décollé lentement en 2008. Aujourd'hui, on dénombre plus 48 000 REEI au Canada. «Est-ce que je souhaiterais que ce nombre soit plus élevé? Oui. Mais c'est un bon début», a dit le ministre Flaherty.

À peine une personne éligible sur 10 participe au programme, selon les calculs de Ressources humaines et Développement des compétences Canada.

Pourtant, le REEI est le plus généreux de tous les régimes enregistrés. Il permet de recevoir en cadeau jusqu'à 20 000$ pour les familles à faibles revenus, en plus d'obtenir jusqu'à 70 000$ en subvention pour les familles qui ont les moyens de cotiser au REEI, pour un grand total de 90 000$ à vie en aide gouvernementale.
 

Or, les institutions financières ont tardé à offrir le REEI à leurs clients. Le ministre a d'ailleurs souligné que le régime n'était pas extrêmement payant pour les institutions financières, mais que c'était une obligation sociale de l'offrir.

Comment accroître le taux de participation au REEI? Faut-il modifier les paramètres du programme? Réduire les tracasseries administratives? Doit-on permettre de transférer les actifs d'un régime épargne-étude vers un REEI? Les questions sont lancées.

Canoë.ca 21 octobre 2011

Source :
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/10/20111021-184649.html  

Intégration
La retraite des personnes handicapées

MONTRÉAL - La participation des personnes handicapées au marché du travail s’est accrue depuis la dernière décennie. Des mesures valorisant l’intégration à l’emploi et d’autres incitatifs encouragent les personnes vivant un handicap grave et de longue durée à demeurer sur le marché du travail plus longtemps.

Nonobstant, elles sont vouées à une retraite la plupart du temps hâtive.

Depuis 2007, les personnes handicapées ont un puissant outil d’épargne à leur portée qui gagne à être connu. Il s’agit du régime enregistré d’épargne invalidité (REEI). Ce régime a été créé principalement pour venir en aide aux personnes vivant avec un handicap grave et de longue durée pour ainsi leur garantir une sécurité financière à long terme.

La pierre angulaire du REEI est l’admissibilité au crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) pour le bénéficiaire. Sans cette condition, il est impossible d’ouvrir un REEI ou de continuer à y cotiser.

Ce programme est doté de subventions très appréciables et surtout non négligeables. Les avantages du REEI seront versés sous forme de rendements à l’abri de l’impôt, et appuyés par des programmes fédéraux de Subvention canadienne pour l’épargne invalidité (ci-après le «SCEI»), selon le montant de la cotisation et du revenu familial du bénéficiaire.

Les particuliers dont le revenu familial est relativement faible pourront être admissibles au Bon canadien pour l’épargne invalidité (ci-après le «BCEI»).

Les SCEI et les BCEI sont versés jusqu’à la fin de l’année où le bénéficiaire atteint 49 ans. Cependant, les cotisations à verser au REEI sont autorisées jusqu’à la fin de l’année où le bénéficiaire atteint 59 ans.

Un important capital accumulé à peu de frais

À titre d’exemple, une cotisation annuelle au REEI de 1500 $ par année (125 $ par mois) pour une personne ayant un revenu inférieur à 24 183 $ (seuil de revenu pour 2011), dès l’âge de 19 ans, et ce, jusqu’à 59 ans permet d’accumuler une jolie somme de 473 302 $ (hypothèse de rendement annuel de 4 %).

Dans cet exemple, la récupération maximale des subventions est atteinte à l’âge de 38 ans. Toutefois, nous avons calculé une cotisation annuelle jusqu’à 59 ans pour bénéficier du rendement des placements à l’abri de l’impôt.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif