::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 15 mai 2012 Numéro 774
Aujourd'hui en veille
10e Semaine québécoise du traumatisme craniocérébral
L'AERDPQ souligne le 10e Semaine québécoise du traumatisme crâniocérébral
Les effets des commotions cérébrales dans le sport
Une coonvention collective qui tient compte des EHDAA à l'Académie Lafontaine
La réalité des fonctionnaires fédéraux ayant des incapacités
L'Association des sourds de la Mauricie menacée de disparition
Découverte sur le syndrome de Joubert
Rimouski accueillera Destination loisirs 2012 en août
Atelier sur l'accessibilité des produits Apple au Apple Store de Montréal


10e Semaine québécoise du traumatisme craniocérébral
»» retour en haut

Paru le lundi 14 mai 2012 sur RAPTCCQ

Communiqué de presse

10e Semaine québécoise du traumatisme craniocérébral

Le traumatisme craniocérébral, la face cachée du sport

Le 15 mai 2012 – Sous la présidence d’honneur du Dr Dave Ellemberg, la 10e Semaine québécoise du traumatisme craniocérébral (TCC), qui se tient du 13 au 19 mai, veut sensibiliser la population au niveau des conséquences des traumatismes craniocérébraux subis dans le sport. Longtemps banalisés, ils défraient les manchettes depuis plusieurs mois, soit depuis qu’on commence à mesurer la gravité des TCC et à comprendre les séquelles sur le cerveau.

« Le Regroupement s’allie cette année pour sa campagne de prévention et de sensibilisation au milieu de la médecine sportive parce que nous trouvons préoccupant de constater le nombre de cas de TCC qui sévit dans plusieurs sports et qu’encore aujourd’hui, le traumatisme craniocérébral et ses séquelles demeurent peu connus du grand public », déclare Mme Nicole Tremblay, présidente du Regroupement des associations de personnes traumatisées cérébrales (RAPTCCQ), et mère d’une fille qui a subi un traumatisme craniocérébral sévère lors d’une activité récréative.

Mme Tremblay ajoute que les conséquences à moyen et long termes des traumatismes craniocérébraux sont telles qu’elles suscitent de plus en plus d’inquiétude dans le milieu du sport.

«Les dernières études qui ont été portées à notre connaissance ces derniers mois sur les TCC dans le sport tendent à montrer les conséquences néfastes à long terme sur la mémoire, l’attention et l’audition. Certaines recherches font des liens avec l’apparition prématurée de la maladie d’Alzheimer et le TCC. (...) Compte tenu de tout cela, le Regroupement a certainement un rôle à jouer dans la sensibilisation et la prévention au TCC», fait valoir la présidente.

« C’est vrai, les traumatismes craniocérébraux font partie du sport, mais on peut en diminuer l’incidence en éliminant les situations de danger », souligne le Dr Ellemberg, professeur au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal et auteur de différentes études sur les TCC dans le sport.

Ça n’arrive pas qu’aux autres :

57 nouveaux cas par jour au Québec

Selon l'Étude des blessures subies au cours de la pratique d'activités sportives et récréatives au Québec en 2009-2010, réalisée conjointement par l'Institut national de santé publique du Québec et le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, chaque année, 21 000 personnes subissent un traumatisme craniocérébral au cours de la pratique d'une activité récréative ou sportive, soit 57 nouveaux cas par jour.

Le milieu du sport particulièrement vulnérable
Selon le Dr Suzanne Leclerc, directrice médicale de l’Institut national du sport du Québec, il reste encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire auprès des athlètes et du personnel entraîneur, même si les TCC font de plus en plus les manchettes.

« La difficulté vient de l’absence de signes apparents des traumatismes craniocérébraux et du manque de connaissance des personnes qui gravitent autour des athlètes, entraînant, par voie de conséquence, leur banalisation », constate le Dr Leclerc, qui est aussi membre de l’équipe canadienne de médecine aux Jeux olympiques.

M. Ellemberg rajoute un aspect particulier du milieu du sport. « Tout ce que veut l’athlète, c’est de retourner au jeu le plus rapidement possible. C’est sa passion, c’est ce qui l’anime. Or, le fait que l’athlète n’est pas totalement rétabli de son traumatisme craniocérébral le rend plus vulnérable en subir d’autres (…) Le cerveau est plus vulnérable à un second impact quelque temps après avoir subi un traumatisme craniocérébral. Les effets cumulatifs augmentent le risque d’avoir des séquelles plus importantes. »

Les jeunes, plus à risque

On estime que 40 % des traumatismes craniocérébraux chez les jeunes âgés entre 10 et 19 ans sont liés à des activités sportives. Mais contrairement à la croyance populaire, ces jeunes seraient plus à risque. « On a souvent pensé à tort que le cerveau des enfants était malléable, qu’il pouvait mieux récupérer à la suite des commotions cérébrales. On note, dans les études, des dommages encore plus importants au cerveau des jeunes athlètes que chez celui de l’adulte. Et ses effets seraient plus longs et les déficits plus importants », note Dave Ellemberg, qui a réalisé la première étude à mesurer les effets des TCC liés au sport chez les jeunes.

À cet égard, le gouvernement du Canada, en collaboration avec différentes organisations, a aussi décidé de réagir devant l’ampleur des TCC dans les sports par une vaste campagne de sensibilisation et par la création d’une trousse d’information et des outils pour le personnel encadrant les jeunes sportifs, incluant un protocole de retour au jeu. Toutes ces initiatives visent à réduire le nombre de traumatismes crâniens dans le sport.

Enfin, soulignons que nos voisins du sud ne sont pas restés passifs devant ce fléau. Plus de 30 États américains ont légiféré sur les traumatismes craniocérébraux dans les sports, c'est-à-dire qu’ils ont mis en place un protocole qui doit être scrupuleusement respecté par les sportifs ayant subi un TCC avant de reprendre l’action.

Source :
RAPTCCQ
514 277-7447, poste 223
info@raptccq.com
www.raptccq.com
www.facebook.com/RAPTCCQ
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif