::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 2 octobre 2012 Numéro 796
Aujourd'hui en veille
Le gouvernement péquiste présentera un projet de loi sur l'aide médicale à mourir
Chronique de Patrick Lagacé sur les conditions de travail des employés du Chèque emploi-services
Le ROPMM appuie la demande de rencontre de la COPHAN à la Société d'habitation du Québec
La FECHIMM réagit au reportage de l'émission La Facture sur les logements adaptés dans les coopératives d'habitation
La Table de concertation sur le transport des personnes handicapées de l'île de Montréal réagit au plan d'accessibilité universelle de la STM
Compressions dans les heures d'aide pour les proches aidants
Augmentation du nombre d'étudiants ayant des troubles d'apprentissage dans les établissements d'enseignement postsecondaire
Le suivi intensif en santé mentale pour maintenir ou acquérir de l'autonomie
Lettre d'opinion sur le peu d'espace médiatique offert aux Jeux paralympiques


Le gouvernement péquiste présentera un projet de loi sur l'aide médicale à mourir
»» retour en haut

Paru le mardi 2 octobre 2012 sur La Presse.ca/Le Soleil

Source :
www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201210/01/01-4579359-aide-medicale-a-mourir-un-projet-de-loi-dici-le-printemps.php

Aide médicale à mourir: un projet de loi d'ici le printemps

Jean-Marc Salvet
Le Soleil

(Québec) La ministre déléguée à la Santé publique, Véronique Hivon, déposera d'ici le printemps prochain le projet de loi autorisant «l'aide médicale à mourir» au Québec.

«Notre objectif est de travailler très rapidement et très fort pour donner suite aux recommandations» de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, a déclaré, lundi, au Soleil, la ministre Véronique Hivon.

Le gouvernement du Parti québécois veut être celui qui donnera vie à la possibilité d'obtenir une aide médicale à mourir. Le projet de loi sera présenté aux élus de l'Assemblée nationale «en juin prochain au plus tard», a assuré la ministre. C'est ce que recommandait le rapport de la Commission qu'elle a coprésidée.

«C'est avec cet échéancier-là que je fonctionne», dit-elle.

En poste depuis deux semaines, Véronique Hivon affirme que le respect de ce calendrier présente un vrai défi. «Il va falloir mettre les bouchées doubles parce que peu de travail a été demandé sur le sujet par le précédent gouvernement», a-t-elle laissé tomber durant l'entretien.

La ministre recevra tout de même d'ici la fin du mois les conclusions d'un comité de juristes experts créé par le gouvernement de Jean Charest. Présidé par l'avocat Jean-Pierre Ménard, le groupe a reçu le mandat de se pencher sur le cadre juridique «du droit à l'aide médicale à mourir».

La ministre du gouvernement Marois se dit convaincue que le Québec dispose d'une réelle marge de manoeuvre pour agir même si le Code criminel relève d'Ottawa.

Soins palliatifs améliorés

Si la loi est adoptée, l'automne prochain ou durant l'hiver 2014 - au terme du processus parlementaire -, le gouvernement du Québec devra lancer une directive au Directeur des poursuites criminelles et pénales afin qu'il enjoigne aux procureurs de ne pas poursuivre un médecin qui aurait aidé un patient à mourir.

Présenté en mars, le rapport de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité se déploie sur trois axes. Il préconise une «offre de services» améliorée en matière de soins palliatifs - et veut que ceux-ci soient davantage disponibles à domicile qu'ils le sont aujourd'hui.

Le rapport invite les élus à faire en sorte que les «directives anticipées» des citoyens sur le type de soins qu'ils veulent obtenir en fin de vie soient respectées.

Enfin, il plaide pour l'aide médicale à mourir, entendu que celle-ci ne pourrait être offerte que dans des circonstances exceptionnelles et balisées. Par exemple, «dans des cas de souffrance exceptionnelle» ne pouvant être apaisée et touchant une personne condamnée à plus ou moins brève échéance par la maladie, a résumé Mme Hivon.
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif