::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mercredi 28 novembre 2012 Numéro 811
Aujourd'hui en veille
Manifestation pour dénoncer les agressions sexuelles des Clercs Saint-Viateur
L'AQESSS fait le point sur différents projets d'optimisation des services de soins à domicile
Les experts divisés sur la responsabilité d'une personne schizophrène accusée de meurtre
Tous les quais des stations de métro munis de bordures tactiles d'ici décembre 2013
Chronique de Stéphane Laporte sur Catherine Desrosiers de l'Association Emmanuel
Forum de l'Appui Estrie sur le rôle de proche aidant
Le prix Florence remis à Josée Vigneault infirmière de la Clinique sclérose en plaques à Trois-Rivières
La Conventtion de l'ONU sur les droits des personnes handicapées débattue au Sénat des États-Unis (art. anglais)
Les obstacles d'être parents quand on a des incapacités (art. anglais)


Manifestation pour dénoncer les agressions sexuelles des Clercs Saint-Viateur
»» retour en haut

Paru le lundi 26 novembre 2012 sur Le Devoir.com

Source :
www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/364890/des-victimes-d-agressions-sexuelles-manifestent-leur-colere

Institut des sourds de Montréal - Des victimes d’agressions sexuelles manifestent leur colère

Caroline Montpetit 26 novembre 2012 Actualités en société

On n’entendait pas un son, mais les pancartes hurlaient la colère. « On est sourds, mais les clercs sont des aveugles volontaires », disait l’une d’elle. « Les Clercs Saint-Viateur sont sourds aux demandes des victimes de leurs pédophiles. »

Quelque 150 personnes sourdes ont manifesté dimanche devant l’ancien Institut des sourds de Montréal pour dénoncer des sévices sexuels généralisés qui y auraient été perpétrés durant quarante ans, entre 1941 et 1982. Sévices sexuels quotidiens, coups et blessures, ces violences ont été longuement décrites dans un reportage percutant sur la question diffusé à l’émission Enquête de Radio-Canada jeudi dernier.
 
Si un recours collectif a été déposé au printemps dernier contre 28 prêtres et 6 laïcs qui auraient commis ces sévices sur des enfants abrités à l’Institut, les victimes réclament aujourd’hui une indemnisation comparable à celle consentie par les frères Sainte-Croix, dans les cas des victimes du collège Notre-Dame. Pour éviter aux victimes de revivre l’enfer qu’elles ont vécu en affrontant les cours de justice.
 
« La direction ne pouvait pas ignorer ce qui se passait à l’Institut des Sourds de Montréal », soutient Gilles Reid, directeur du centre communautaire des sourds du Montréal métropolitain. Et il demande au père Claude Roy, le supérieur actuel de la congrégation, de reconnaître ces abus et d’offrir une réparation. Ce n’est que lorsque le centre communautaire a pu compter sur les services d’un cabinet d’avocats qui a accepté de défendre la cause moyennant des honoraires à venir qu’un recours collectif a pu être intenté.
 
Années 1960

Pour Daniel Cormier, l’une des personnes sourdes engagées dans le recours collectif, les sévices ont débuté en 1960, alors qu’il avait huit ans, et ils se sont poursuivis jusqu’à ce qu’à quatorze ans il cesse de dormir à l’Institut pour retourner le soir chez lui à Pointe-aux-Trembles.
 
« Souvent, les parents ne croyaient pas ce que les enfants leur disaient, poursuit Gilles Reid. Ils disaient, ce sont des religieux, ils ne peuvent pas faire des choses pareilles. »
 « Je croyais que j’étais seul », dit Daniel Cormier, qui a ensuite, en parlant avec d’autres enfants, découvert que ces sévices étaient répandus dans l’Institut.

L’Institut des sourds de Montréal était la seule institution au Québec à pouvoir accueillir et éduquer des enfants de la communauté sourde.
 
De leur côté, les représentants de la communauté des Clercs Saint-Viateur ont dit dans une communauté condamner « tout acte pédophile ».
  


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif