::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 15 mai 2015 Numéro 922
Aujourd'hui en veille
Lettre de la présidente de l'AQIS sur l'intégration des EHDAA
Suivis sur les coupes budgétaires à l'IRPDQ
Le PQ dénonce les coupes budgétaires à l'IRPDQ
La FQA dénonce les propos de Philippe Couillard sur l'expulsion de l'école des enfants autiste
Fin des transports groupés pour les enfants autistes à Québec
Autisme Québec réagit à la Fin des transports groupés
Études sur le taux de diplomation des enfants ayant des incapacités aux USA (Art. anglais)


Lettre de la présidente de l'AQIS sur l'intégration des EHDAA
»» retour en haut

Paru le mercredi 13 mai 2015 sur Association du Québec pour l'intégration sociale

Lettre ouverte de Mme Jacqueline Babin, présidente de l'AQIS:
Est-on en train de sacrifier une génération de jeunes?

Encore une fois, on remet en question l’intégration scolaire des élèves ayant des difficultés. Les professeurs réclament, avec raison, des services spécialisés pour les aider à répondre aux besoins des élèves dont ils ont la charge.

Il est tentant de penser que les élèves qui ont des besoins particuliers seraient mieux desservis dans des classes dites « spécialisées ». Cependant, les parents que nous représentons nous signalent depuis des années des diminutions, voire, l’absence de services autant dans ces classes que dans les classes ordinaires.

Par exemple, dans des classes « spécialisées » qui regroupent des personnes qui ont une déficience intellectuelle moyenne à sévère, on ne voit plus la couleur d'un orthophoniste ou d'un psychologue depuis belle lurette. De plus, dans certaines régions, il y a des coupures importantes du nombre d'heures des éducateurs spécialisés qui supportent les enseignants. Étant passé de 32 heures par semaine à 27 heures la dernière année, seulement 20 heures de soutien seront accordées l’an prochain aux classes des enfants qui en ont le plus besoin.

Qu’ils soient dans une classe ordinaire, une classe dite spécialisée ou même dans une école spéciale, tous les élèves sont en droit de recevoir des services favorisant leurs apprentissages. Dès qu’un élève présente un besoin particulier, que ce soit parce qu’il vit une situation problématique temporaire ou en raison d’une déficience quelconque, il importe d’agir « dès les premières manifestations des difficultés plutôt que d’attendre que celles-ci s’accumulent …». Ce n’est pas nous qui le disons, mais bien la politique de l’adaptation scolaire « Une école adaptée à tous ses élèves », qui est actuellement en vigueur au Québec.

Ce sont les élèves d’aujourd’hui qui formeront les décideurs de demain. En n’aidant pas adéquatement ceux qui en ont besoin aujourd’hui, le gouvernement hypothèque pour la vie les 15 à 20% de jeunes qui nécessitent des services spécialisés.

Au nom du déficit zéro, est-on en train de sacrifier cette génération de jeunes ?

La présidente de l’AQIS
Jacqueline Babin
Le 13 mai 2015


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif