::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 19 mai 2015 Numéro 923
Aujourd'hui en veille
Les syndicats de l'enseignement et la FCPQ dénoncent les compressions dans les services professionnels
Entente sur un recours collectif concernant l'isolement et la contention
L'AGIDD-SMQ interpelle le ministre de Santé et des Services sociaux concernant l'isolement et la contention
Lettre ouverte de l'ADSMQ sur l'accès à la culture
Portrait de l'entreprise Certex
Le Grand village fête ses 50 ans
Un vélo-pupitre pour stimuler la concentration
The Ottawa Hospital contrainte de garder des adultes autistes faute de meilleures solutions (art. anglais)
Une loi de l'État du Maryland oblige les corps policiers à faire appel à des personnes ayant une déficience intellectuelle pour la formation de leurs policiers (art. anglais)
Belle performance canadienne aux Jeux mondiaux de la Fédération internationale des sports pour aveugles


Les syndicats de l'enseignement et la FCPQ dénoncent les compressions dans les services professionnels
»» retour en haut

Paru le mardi 19 mai 2015 sur CNW - Telbec

Source
http://www.newswire.ca/fr/story/1538783/coupes-majeures-dans-les-services-professionnels-en-education-la-colere-chez-les-parents-et-le-personnel-professionnel

Coupes majeures dans les services professionnels en éducation - La colère chez les parents et le personnel professionnel
MONTRÉAL, le 19 mai 2015 /CNW Telbec/ - Alors que les commissions scolaires du Québec ont l'intention de couper l'équivalent de 250 postes en services professionnels pour satisfaire aux exigences toujours grandissantes de l'austérité, la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) et la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) s'allient pour demander l'intervention des ministres des finances et de l'éducation.

« Au nom des élèves, qui sont notre avenir, cette saignée dans les services professionnels doit cesser maintenant, exige la présidente de la FPPE-CSQ, Johanne Pomerleau. Les commissions scolaires ne sont plus capables de prendre de compressions. Un gouvernement qui se respecte ne choisit pas d'économiser sur le dos des jeunes qui n'ont pas le pouvoir de faire respecter leur droit. Obtenir des services professionnels publics à la hauteur de ses besoins, c'est un droit protégé par la loi, qui a été réaffirmé par la Cour suprême en 2012, on l'oublie trop souvent ! ».

« Dans chacune des écoles publiques du Québec, il existe des élèves pour lesquels le dépistage précoce de difficultés d'apprentissage et l'intervention rapide d'une professionnelle ou d'un professionnel sont cruciaux dans la poursuite de leur cheminement scolaire. Comment ces enfants obtiendront-ils alors l'aide requise qui leur permettrait de poursuivre avec succès leur cheminement, si les spécialistes qui doivent les soutenir dans leur développement sont absents ? » demande la présidente de la FCPQ.

Madame Payne ajoute que « déjà les élèves qui vivent de graves difficultés d'apprentissage manquent de services. Imaginons la situation pour ceux qui n'ont actuellement besoin que d'un coup de pouce ponctuel pour leur éviter de basculer ».

Près de 70 postes coupés à la Commission scolaire de Montréal (CSDM)

« La Commission scolaire de Montréal coupe l'équivalent de 68,2 postes professionnels, parmi lesquels des psychoéducatrices et psychoéducateurs, des conseillères et conseillers d'orientation, des psychologues et 40 conseillères et conseillers pédagogiques. Ce sont des coupes de services professionnels jamais vues par le passé, c'est une coupe à blanc historique, qui représente 10 % des effectifs. » affirme le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du milieu de l'éducation de Montréal (SPPMEM-CSQ), Michel Mayrand.

Le résultat de ces coupes fait qu'il n'y aura plus qu'un psychologue pour 2 200 élèves à la CSDM. « Le personnel professionnel aura à faire des choix déchirants quand il ne pourra s'occuper que des cas les plus urgents et devra laisser nombre d'élèves en difficulté sans service », déplore Michel Mayrand.

Ajouter, et non couper

« Avant même que débutent les compressions dans le milieu de l'éducation, les professionnelles et professionnels n'étaient pas assez nombreux pour suffire à la tâche devant les besoins croissants des élèves. Il faudrait non seulement maintenir les ressources déjà en place, mais en ajouter davantage pour arriver à combler les besoins, car c'est l'élève, au bout du compte, qui ne reçoit pas de service », dénonce Johanne Pomerleau.

« Investir en éducation, c'est un choix de société que nous devons faire pour garantir l'avenir. Le gouvernement doit se donner les moyens de tout mettre en œuvre pour permettre aux élèves de réussir, sinon c'est toute une génération qu'il abandonne à son sort », conclut la leader syndicale.

La FPPE-CSQ a lancé en novembre la campagne vidéo On se donne les moyens, sur Facebook, pour dénoncer les conséquences de l'austérité sur les services professionnels en éducation. La campagne est un succès viral avec près de 700 000 visionnements à ce jour. Elle est également diffusée sur le site onsedonnelesmoyens.com. La Fédération invite les parents et la population à visiter le site et à témoigner de l'importance qu'ont eue les services professionnels en éducation dans leur vie ou celle de leur enfant.

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 7 200 membres répartis dans la quasi-totalité des commissions scolaires du Québec, francophones, anglophones, Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, conseillères et conseillers pédagogiques, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d'orientation, orthopédagogues, bibliothécaires et animatrices et animateurs à la vie spirituelle et à l'engagement communautaire).

Profil de la Fédération des comités de parents

La FCPQ regroupe, depuis près de 40 ans, les comités de parents des commissions scolaires du Québec et soutient les parents bénévoles soucieux de la participation parentale au sein des écoles publiques primaires et secondaires dans le but d'assurer la qualité de l'éducation offerte aux enfants.

Profil du SPPMEM-CSQ

Le Syndicat des professionnelles et professionnels du milieu de l'éducation de Montréal (SPPMEM) représente les professionnelles et professionnels des commissions scolaires de Montréal, de la Pointe-de-l'Île et English-Montreal.

 

SOURCE Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ)

Renseignements : Karine Lapierre, Conseillère en communication, FPPE-CSQ, Téléphone : 514 213-4412, Courriel : fppe.lapierre.karine@csq.qc.net
 


Source
www.newswire.ca/fr/story/1538787/combien-d-eleves-le-gouvernement-du-quebec-va-t-il-choisir-de-laisser-tomber-a-l-ecole-c-est-l-eleve-qui-doit-compter

Combien d'élèves le gouvernement du Québec va-t-il choisir de laisser tomber ? - À l'école, c'est l'élève qui doit compter
QUÉBEC, le 19 mai 2015 /CNW Telbec/ - Les parents engagés dans le réseau scolaire joignent leur voix aux professionnelles et aux professionnels de l'éducation et dénoncent les compressions qui affligent des enfants dans toutes les écoles publiques du Québec.

Accompagnée de madame Johanne Pomerleau, présidente de la Fédération des professionnelles et des professionnels de l'éducation (FPPE-CSQ), la présidente de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), madame Corinne Payne, rappelle au gouvernement qu'il doit investir en éducation.

Madame Payne rappelle que : « par les compressions qu'il impose au système public d'éducation, le gouvernement force des commissions scolaires à abolir, entre autres, des postes d'orthopédagogues, de psychologues, d'orthophonistes, de techniciennes en éducation spécialisée et de conseillers en orientation ». Madame Payne prévient que ces décisions risquent d'effacer les bénéfices du travail accompli depuis 10 ans en matière de persévérance scolaire au Québec.

Toujours selon la présidente de la FCPQ : « Depuis plusieurs années, ces coupures de postes entraînent déjà un manque de ressources professionnelles qui obligent, chaque jour, les écoles à faire des choix dans la prestation de services à assurer auprès d'élèves en difficulté ou qui sont sur le point de le devenir. Avec de nouvelles compressions, la situation risque de s'envenimer encore plus ».

« Au nom des élèves, qui sont notre avenir, cette saignée dans les services professionnels doit cesser maintenant, exige la présidente de la FPPE-CSQ, Johanne Pomerleau. Les commissions scolaires ne sont plus capables de prendre de compressions. Un gouvernement qui se respecte ne choisit pas d'économiser sur le dos des jeunes qui n'ont pas le pouvoir de faire respecter leur droit. Obtenir des services professionnels publics à la hauteur de ses besoins, c'est un droit protégé par la loi, qui a été réaffirmé par la Cour suprême en 2012, on l'oublie trop souvent ! »

« Dans chacune des écoles publiques du Québec, il existe des élèves pour qui le dépistage précoce de difficultés d'apprentissage et l'intervention rapide de professionnelles et professionnels de l'éducation sont cruciaux dans la poursuite de son cheminement scolaire. Comment ses enfants obtiendront-ils alors l'aide requise qui leur permettrait de poursuivre avec succès leur cheminement, si les spécialistes qui doivent les soutenir dans leur développement sont absents ? » demande la présidente de la FCPQ.

Madame Payne ajoute que: « déjà les élèves qui vivent de graves difficultés d'apprentissage manquent de services. Imaginons la situation pour ceux qui n'ont actuellement besoin que d'un coup de pouce ponctuel pour leur éviter de basculer ».

Madame Payne demande au gouvernement d'assumer les conséquences de ses décisions: « Dans la réalité de nos écoles publiques, chaque jour, les professionnelles et professionnels de l'éducation doivent faire des choix entre les élèves qu'ils pourront accompagner et ceux qu'ils devront laissés derrière par manque de ressources. Comme parent, c'est très inquiétant. La réussite éducative et la persévérance scolaire, ce n'est pas une roue de fortune. Faudra-t-il transmettre au gouvernement chaque semaine une liste d'enfants en difficulté pour qu'il choisisse lui-même lesquels pourront être aidés et lesquels devront être laissé à eux-mêmes ? Trop de parents au Québec se demandent si leur enfant sera abandonné par le système » ?

La présidente de la FCPQ conclut en affirmant : « nous ne savons plus comment faire comprendre au gouvernement que désinvestir dans l'éducation publique, revient à miner le potentiel de création de richesses à long terme. Nous croyons que l'éducation est le plus puissant moteur de développement économique qui soit. Malheureusement, le gouvernement du Québec coupe l'arrivée de carburant. Pour un gouvernement qui affirme vouloir développer le plein potentiel de l'économie du savoir, c'est préoccupant ».

Profil de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ):

La FCPQ regroupe, depuis près de 40 ans, les comités de parents des commissions scolaires du Québec et soutient les parents bénévoles soucieux de la participation parentale au sein des écoles publiques primaires et secondaires dans le but d'assurer la qualité de l'éducation offerte aux enfants.

 

SOURCE Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ)

Renseignements : Jean-François Gilbert, Téléphone : 418-667-2432, Cellulaire : 581-985-2359, Courriel : communications@fcpq.qc.ca
 


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif