::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Samedi 19 mars 2016 Numéro 964
Aujourd'hui en veille
Parents jusqu'au bout pose un ultimatum
Le Réseau des EÉSAD salue les investissements dans les services à domicile
Chronique de Patrick Lagacé sur les compressions dans les services à domicile
investissement de 10 millions de dollars pour soutenir la réussite au collégial des étudiants ayant des incapcités
La Fédération des cégeps salue les investissements pour soutenir la réussite des étudiants ayant des incapcités
Lancement de la période de mise en candidature pour le Prix À part entière
Une chorégraphie sur la sexualité des personnes ayant une déficience intellectuelle
Des affiches pour sensibiliser les élèves d'une école à la déficience intellectuelle
Lancement du guide juridique JURIDOC de l’APDITED
L’équipe masculine de goalball du Québec au Vancouver Goalball Grand Slam


Parents jusqu'au bout pose un ultimatum
»» retour en haut

Paru le mardi 15 mars 2016 sur La Presse

Source
www.lapresse.ca/actualites/sante/201603/15/01-4960895-des-parents-denfants-lourdement-handicapes-servent-un-ultimatum-a-barrette.php

Publié le 15 mars 2016 à 10h11 | Mis à jour le 15 mars 2016 à 10h11
Des parents d'enfants lourdement handicapés servent un ultimatum à Barrette

Agrandir
Parents jusqu'au bout dénonce les conditions financières et les injustices avec lesquelles doivent vivre les parents d'enfants lourdement handicapés.

ARIANE LACOURSIÈRE
La Presse
Le regroupement Parents jusqu'au bout, qui représente 2000 familles d'enfants lourdement handicapés au Québec, laisse un mois au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour leur apporter de l'aide. « Sinon, nous nous tournerons vers le premier ministre [...] Le dossier traîne depuis très longtemps. On veut des propositions concrètes d'ici le 15 avril. On veut des résultats. On ne veut pas se faire avoir », affirme la porte-parole du regroupement, Geneviève Dion.

Depuis sa fondation il y a un an, Parents jusqu'au bout dénonce les conditions financières et les injustices avec lesquelles doivent vivre les parents d'enfants lourdement handicapés. Alors qu'une famille d'accueil accueillant cette clientèle reçoit 37 000 $ par année, les familles biologiques ne reçoivent que 4200 $ par année. « La situation nous pousse à être au bout du rouleau. Certains envisagent de placer leur enfant, même s'ils ne veulent pas », explique Mme Dion.

Marilyne Picard est maman d'une fillette de 4 ans souffrant d'un syndrome génétique rare. Sa fille doit être gavée, est souvent hospitalisée et porte encore des couches. Mme Picard, qui s'occupe aussi de quatre autres enfants avec son mari, a dû arrêter de travailler. « On est dans un étau », dit-elle.

Parents jusqu'au bout propose notamment que les parents d'enfants lourdement handicapés puissent bénéficier du même statut que les « familles d'accueil de proximité », qui reçoivent une subvention plus avantageuse du gouvernement.

Rencontre avec le ministre

Dimanche, Parents jusqu'au bout était à l'émission Tout le monde en parle. Présent également sur le plateau, le ministre Barrette avait promis de rencontrer l'organisme dès le lendemain, ce qui a été fait.

« Nous ne sommes pas satisfaites, mais pas complètement déçues de cette rencontre. Le ministre n'a pas pris d'engagement, mais il nous a demandé de lui faire confiance. Ça fait longtemps que le dossier traîne. On veut des actions d'ici un mois », conclut Mme Dion.

Le comité ministériel mis sur pieds par la ministre responsable de la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, et chargé de trouver des solutions pour ces familles doit rendre ses conclusions en juin.


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2017 l'inclusif